Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Trois raisons de lire « Pour un Congo émergent », l’ouvrage de Matata

Published

on

(Kinshasa, jeudi 17 mars 2016) – Le Premier ministre, Augustin Matata Ponyo vient de présenter  son récent ouvrage cet avant – midi à l’Université catholique au Congo (UCC). « Pour un Congo émergent  » se veut être une profession de foi du chef du Gouvernement congolais qui croit dur comme fer en l’émergence d’un Congo, longtemps clochardisé. Madimba Kadima-Nzuji, doctorant à l’Université catholique de Louvain en Belgique, motive trois bonnes raisons de lire ce livre – entretien.

Au moment où des voix s’élèvent pour décrier une croissance qui est encore loin d’être inclusive, Augustin Matata ponyo réplique par une avalanche de statistiques, de références économiques … Il brandit même des recettes qui, selon le professeur Madimba Kadima Nzuji, doctorant à l’Université catholique de Louvain (Belgique), constituent les deux piliers indispensables sur lesquels la RDC s’appuie aujourd’hui pour accélérer son développement.

Ce livre – entretien du Premier ministre se veut également est un partage d’expériences aux générations actuelles et futures : « Voilà ce que je suis, voilà ce j’ai vécu, et voilà ce que j’ai compris ». Des passages entiers au fil desquelles Matata Ponyo Mapon se livre à Kibambi Shintwa, à qui il raconte son parcours et sa détermination, mais aussi sa recette et sa conception du développement.

Lors de la cérémonie de vernissage du livre cet avant – midi à l’UCC. Ph. WAK

RAISON N°1 : UN LIVRE ENTRETIEN ACCESSIBLE ET CONCRET

Confessions d’un homme au cœur du pouvoir, support de communication aux réformes en cours, bilan provisoire de l’action gouvernementale, réaffirmation de la vision du Président de la République Joseph Kabila Kabange,…. ce livre entretien est sans conteste un peu de tout cela et voire plus.

En 231 pages, le journaliste et le Premier ministre congolais discutent des enjeux de l’heure (croissance, développement socio-économique,…), mais aussi des combats d’hier et de demain : « [Pour accélérer le développement de la République démocratique du Congo], deux piliers me semblent indispensables. Le premier concerne la nécessité de poursuivre les réformes structurelles afin de permettre à l’économie de fonctionner normalement (…). Le second pilier, le plus important à mon avis, reste notre engagement commun, élites politiques et intellectuelles  » (p. 46).

Le style se veut épuré, convivial et parfois, le Premier Ministre cède la place au professeur d’économie, carrière qu’il aurait surement embrassé n’eut été les événements. Il se définit lui-même comme un passionné du savoir notamment en matière de politique de développement (p. 83).

En bon économiste, ce livre croule de statistiques en tout genre, de références économiques et plus étrangement d’aphorismes et de sagesses populaires. Son prix recommandé volontairement bas (9.000 FC soit 9$ américains) matérialise la volonté qui sous-tend le livre : rendre le savoir accessible au plus grand nombre.

Vue de l’assistance lors de la cérémonie de vernissage. Ph. WAK

RAISON N°2 : DECOUVRIR L’HOMME DERRIERE LE PREMIER MINISTRE

Si vous n’avez jamais vu le Premier ministre congolais sourire, vous en aurez l’occasion en regardant la couverture du livre entretien. Ce sourire n’enlève rien au sérieux du livre, il humanise le Premier Ministre dont les détracteurs ont pu dire qu’il était froid et perdu dans sa macroéconomie.

La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée à « l’enfant du Maniema devenu Premier Ministre ». Dans des termes poignants et parfois tristes, il décrit comment l’enfant d’origine modeste (il est l’aîné d’une famille de dix-neuf enfants) est parvenu à étudier et se frayer un passage dans l’administration congolaise. Il a eu une enfance difficile : « Nous ne mangions pas tous les jours à notre faim. Parfois, un grand verre d’eau constituait notre repas du soir » (pp. 78-79). Cela ne s’est pas amélioré à l’université.

A chaque ligne de cette partie, on comprend l’attachement du Premier ministre à son pays, à sa ville (Kindu), à sa famille et à l’université qui fut le tremplin de sa carrière politique.

RAISON N°3 : CONNAITRE LES REFORMES EN COURS EN RDC

La dernière partie du livre s’attarde sur les réformes. Le Premier ministre aborde les réformes de l’administration, de la justice, de l’éducation,…. On y apprend notamment que « les besoins de financement du développement du pays sont en effet énormes.

Le Gouvernement consacre une grande partie de ses efforts à améliorer les liens entre les secteurs clés pour le financement du développement – les mines, les hydrocarbures, la forêt – et les secteurs porteurs de croissance inclusive que sont l’agriculture, les industries manufacturières et les infrastructures de base (…)  » (pp. 196-197).

Les réformes restent au cœur de l’action gouvernementale et le Premier ministre se plie avec délectation à l’exercice d’expliquer pourquoi la route du Congo vers l’émergence est inexorable.

A en croire le Journaliste William Albert Kalengayi qui assistait à cette cérémonie, ce livre va certainement jouer un rôle dans la formulation des ambitions multiples qui bouillonnent dans l espace politique car il est un acte politique qui doit encore revêtir toute sa dimension.

Co-écrit avec Kibambi Shintwa et publié aux Editions Privé, Pour un Congo émergent est un livre entretien où le Premier ministre congolais se livre, proclame son amour du pays et se positionne en pédagogue sur les réformes entreprises pour l’émergence du pays.

Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito