Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : ACERD table sur les opportunités d’investissement dans les énergies renouvelables

Published

on

L’Association congolaise pour les énergies renouvelables et décentralisées (ACERD) organise, du 02 au 03 juillet 2019, en partenariat avec ELAN RDC, un forum sur les opportunités d’investissement dans les énergies renouvelables. Son président du Conseil d’administration, Denis Banlier, a évoqué trois objectifs de la tenue de ces assises.

D’abord, la nécessité de réunir les acteurs du secteur de l’énergie sous un même toit. Il s’agit entre autres des investisseurs, autorités publiques, opérateurs du secteur, bailleurs de fonds et les ONG du secteur.

Ensuite, l’utilité de discuter sur les défis et opportunités d’investissement du secteur de l’énergie, ce secteur qui n’est pas encore très exploité en RDC. Et enfin, l’importance pour ces échanges de servir de pont entre les bailleurs de fonds et les potentiels investisseurs congolais et étrangers.

Quatre panels sont choisis par les organisateurs pour atteindre les trois objectifs de ces assises. Le premier porte sur les opportunités et perspectives de développement dans les énergies renouvelables ; le second va plancher sur le climat des affaires, énergies renouvelables ; le troisième vise l’investissement dans le secteur des énergies renouvelables ; et le dernier concerne le crédit à la consommation pour les énergies renouvelables.

Pour ce qui est des opportunités de développement dans les énergies renouvelables, Maximilien Munga de l’Unité de coordination et de management des projets du ministère de l’Energie et ressources hydrauliques, la RDC représente une grande opportunité dans ce secteur.

Parlant de l’existence d’un plan directeur national d’électrification du pays, il s’est penché sur les atouts énergétiques de la RDC :
– 82000MW de potentiel solaire dont 3,5- 5,5kWh/m2/jour de radiation solaire moyenne ;
– 100000MW de potentiel énergétique, dont 97285 MW soit 97,3% du total du potentiel non mis en valeur ;
– 15000MW de potentiel éolien non mis en valeur ;
– 60-140MW de potentiel biomasse issue de résidus de l’agriculture et qui peuvent alimenter entre 80000 et 160000 foyers.

Face à un si grand potentiel, il faut juste associer un bon climat des affaires pour attirer et rassurer les investisseurs tant congolais qu’étrangers. Tâche à laquelle s’attelle l’Agence nationale de promotion des investissements (ANAPI).

Le représentant de l’Union Européenne à ces assises a identifié quelques conditions à remplir pour parler d’un bon climat des affaires. Il s’agit, d’après lui, d’un environnement macro-économique raisonnable, un climat des affaires amélioré, des infos sur le capital humain, la règlementation de la tarification et fiscalité et la stabilité du pays.

De son côté, Michel EBOMA ABLAVI, Conseiller principal du chef de l’Etat en charge de Mines et énergie, a rassuré que ce secteur est au centre des intérêts de Félix Tshisekedi.

Ce dernier a promis de s’atteler à rehausser le faible taux de desserte en électricité au pays. D’où, le sens de la tenue, dans les prochains jours, d’un forum sur le secteur de l’énergie dans une des villes de la RDC.

Denis Banlier a enfin rassuré les potentiels investisseurs que les bailleurs de fonds ont rendu disponible 1 milliard de dollars américains pour financer le secteur de l’énergie. Il leur faut juste surmonter les contraintes pour accéder à ce financement pour ainsi répondre au 7ème objectif de développement durable axé sur l’énergie propre et d’un cout abordable.

L’agenda de la journée du 3 juillet prévoit une présentation des entreprises et projets du secteur des énergies renouvelables ainsi que de réunion B2B entre acteurs et bailleurs de fonds.

L’Association congolaise pour les énergies renouvelables et décentralisées est une organisation indépendante à but non lucratif œuvrant dans l’industrie des énergies renouvelables en RDC.

Elle a pour rôle majeur la promotion des solutions et techniques de développement durable au travers des produits et services afin de créer des marchés viables et durables, en favorisant le respect des normes et standards.

Nadine FULA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito