Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : l’ASADHO dénonce l’emprisonnement du lanceur d’alerte Israël KASEYA à la prison de Makala

Published

on

L’Association Africaine de défense des Droits de l’Homme, ASADHO en sigle, est très préoccupée par la détention à la prison de MAKALA à Kinshasa de Monsieur Israël KASEYA, lanceur d’alertes qui a sauvé plusieurs entreprises et personnes physiques des pratiques illégales d’ACCES BANK-RDC. C’est en substance ce qu’indique un communiqué de l’organisation parvenue à Zoom Eco ce lundi 14 septembre 2020.

En effet, Monsieur Israël KASEYA a travaillé pour le compte d’ACCES BANK/RDC de 2012 à 2020, en qualité de Chargé de comptes. En 2017, il a obtenu une promotion d’Assistant Banking Officer à Banking Officer pour sa contribution à la croissance de cette banque. En 2019, ses performances ont été reconnues par la lettre de la banque du 29 avril 2019. Il était un des meilleurs agents de cette banque.

Au regard du tableau de meilleur agent ci-dessus, il est surprenant, comme le note ASADHO, que Monsieur Israël KASEYA devienne un mauvais agent de la banque en 2020.

Selon les documents en possession et les informations recoupées par l’ASADHO, les relations entre certains responsables de la banque et Monsieur Israël KASEYA ont commencé à se détériorer quand ce dernier s’est décidé de rompre le silence en dénonçant, d’abord en interne, les pratiques illégales de son employeur.

L’association de défense de droits de l’homme relève plusieurs actes de harcèlement moral et d’humiliation ont été commis contre lui pendant les réunions internes pour le contraindre à se taire comme les autres employés. D’après ASADHO, il a reçu e 2019 plus de 60 e-mails et 25 lettres des Ressources Humaines l’incriminant des faits qu’il n’avait pas commis.

Au mois de février 2020, Monsieur Israël KASEYA a été arrêté arbitrairement par des individus qui n’étaient porteurs d’aucun mandat, et ce, dans les installations de la banque, du fait qu’ACCES BANK l’avait présenté comme un gestionnaire d’un compte qui avait des problèmes, alors qu’il n’était pas concerné.

Courageusement et malgré tous les actes d’intimidation, Monsieur Israël KASEYA a dénoncé les mauvaises pratiques de cette banque, indique le communiqué de l’ASADHO. Il s’agit notamment de prise illégale et frauduleuse des divers frais (defauft fees, penalty fees, anniversary fees…) sur les comptes des clients, d’une part, le blanchiment des capitaux par l’ouverture des comptes fictifs ou des comptes- écrans, au profit des entreprises sanctionnées par le Gouvernement américain, d’autre part.

S’agissant de la prise illégale et fraudeuse des frais sur les comptes des clients, plusieurs clients de la banque dont l’« Etablissement GRADECO» et le Complexe Scolaire GALILE ont écrit à ACCES BANK pour dénoncer la retenue des frais bancaires fictifs.

Quant au blanchiment des capitaux, ACCES BANK a ouvert plusieurs comptes fictifs au profit des entreprises sous sanctions internationales comme MINO-CONGO et CONGO FUTUR.

Usant de trafic d’influences et pour faire taire Monsieur Israël KASEYA plusieurs infractions fictives (Faux, abus de confiance, escroquerie) ont été mises à sa charge par la banque pour le faire arrêter.

Après l’avoir intimidé en lui brandissant son licenciement s’il ne mettait pas fin à ses dénonciations des pratiques illégales, les responsables d’ACCES BANK l’ont fait arrêter depuis 21 mai 2020 et il est en détention à la prison de Makala.

Il est actuellement poursuivi devant le Tribunal de Paix de la Gombe sous RP 28436/28363/2. A en croire ASADHO, ACCES BANK utilise tous les moyens pour nuire à ce lanceur d’alertes qui est considéré comme un obstacle à l’enrichissement sans cause de cette banque.

L’ASADHO s’indigne du fait qu’aucune autorité politique ou judiciaire ne s’est intéressée à ce dossier afin de protéger ce lanceur d’alerte qui a dénoncé les pratiques illégales de cette banque qui appauvrit les congolais et sabote les décisions prises par le Gouvernement contre les entreprises sous sanctions internationales.

L’Association de défense droits de l’homme insiste sur l’implication des autorités politiques et judiciaires pour remettre Israël KASEYA dans ses droits. L’ASADHO recommande d’abord au Président de la République de prendre des mesures pour que tous les lanceurs d’alertes dont Israël KASEYA soient protégés contre les puissants qui s’enrichissent indûment sur le dos des congolais.

Au Procureur Général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe de s’assurer par toutes les voies de droit que la procédure enclenchée contre Monsieur Israël KASEYA est légitime et n’est pas utilisée seulement pour nuire à un homme dont la présence était devenue nuisible au sein d’ACCES BANK. Tandis qu’aux organisations de la société civile nationales et internationales, l’ASQDHO recommande de se mobiliser en faveur de Monsieur Israël KASEYA pour que sa cause soit entendue et qu’il soit libéré contre les accusations fantaisistes mises à sa charge par ACCES BANK.

PATRICK BOMBOKA

Advertisement

Edito