Quantcast
Connect with us

a la une

Grands-Lacs, Joseph Kabila et Ban Ki–Moon visent l’intégration économique

Published

on

«Le prochain tournant de notre action devra porter sans aucun doute sur la promotion de l’intégration de nos économies. Dans ce cadre, nous sommes réconfortés par le choix de 25 projets intégrateurs impliquant plusieurs projets de la région et qui couvre 7 secteurs prioritaires dont le développement est indispensable à l’émergence souhaitée », a déclaré le Chef de l’Etat rd congolais ce 24 février 2016 à Kinshasa.   

C’est une salle comble qui a assisté au discours du Secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki – Moon et du Président de la République Démocratique du Congo, Joseph Kabila lors de la cérémonie d’ouverture de la Conférence Internationale sur l’Investissement du secteur privé dans la Région des Grands Lacs d’Afrique, organisée à la cité de l’OUA Kinshasa. Cette occasion a permis aux deux personnalités de délivrer leur vision d’un secteur privé au service de la paix et du développement économique durable dans cette région.

25 projets intégrateurs, 7 secteurs prioritaires

«C’est une nouvelle ère qui s’ouvre pour l’intégration économique dans la région», a déclaré Joseph Kabila. Pour lui, cette conférence de Kinshasa devrait aider à tourner définitivement la page sombre de la violence dans la région des Grands Lacs.

Agro-industrie, les Infrastructures, l’Exploitation minière, les Energies, les Technologies de l’information et de la communication, le Tourisme et la Finance sont les 7 secteurs prioritaires autour desquels sont axés les 25 projets intégrateurs présentés dans le cadre de cette rencontre à l’intention des investisseurs venus du monde entier.

Ce qui devrait permettre, selon Joseph Kabila, la consolidation de la montée en puissance de la croissance et la création des emplois. Il faudrait cependant poursuivre des efforts en vue de l’élimination de tout obstacle à la libre circulation de personnes, des biens et des capitaux dans la région, a – t – il suggéré.

Développement économique fondé sur des bases stables

La solution de la région des grands – lacs passe par la bonne gouvernance. Ban Ki – Moon n’y est pas allé par le dos de la cuillère : « Le développement économique doit être fondé sur des bases stables : une population éduquée et en bonne santé, une société inclusive et une bonne gouvernance et un Etat de droit », a – t – il insisté.

Tant il est vrai que la région possède d’abondantes ressources naturelles et humaines, il est tout aussi évident que la succession des conflits et souffrances a empêché à ces populations estimées à 300 millions d’habitants de réaliser leur potentiel. Pour briser ce cycle, le Secrétaire Général des NU, appellent les dirigeants de la région à s’attaquer aux causes profondes en leur proposant un seul remède : la bonne gouvernance couplée à la lutte contre la corruption et l’impunité.

«Il ne suffit pas de régler les problèmes de sécurité mais s’attaquer aux causes profondes. Pour cela, il est nécessaire de fonder le développement économique et social sur des bases stables. Il faut une bonne gouvernance et un état de droit. Il faut des populations en bonne santé, éduquée et dynamique. Il faut une chance à toutes les femmes et tous les hommes et qu’ils occupent des emplois décents», a insisté Ban Ki – Moon.

De gauche à droite : Said Djinnit, Raymond Tshibanda et Ntumba Luaba lors d’une émission. Ph. Tiers

Pour rappel, la conférence internationale sur l’investissement privé dans la région des Grands Lacs vise à promouvoir l’intégration régionale, la coopération économique et à contribuer effectivement à la paix et la stabilité durables dans la région. Il offre également aux participants l’occasion d’élargir le champ d’opportunités d’échanges commerciaux et créer des emplois.

Lors d’une émission organisée en marge de ces assises, le Ministre des Affaires Etrangères, Raymond Tshibanda a précisé qu’il s’agit d’une vitrine qui met non seulement en exergue les projets intégrateurs qui ont réussis mais également donne l’occasion aux investisseurs  de s’informer sur le climat des affaires et les opportunités qu’offre la région.

Eric Tshikuma

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito