Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : seuls 21% de citoyens épargnent régulièrement

Published

on

[Enquête] – Seuls 21% de citoyens congolais épargnent régulièrement, 38% de salariés sont à court d’argent avant la fin du mois, 69% ne payent pas leurs dettes et 17% empruntent et investissent dans des projets de porteurs. Alors que le taux de bancarisation reste encore faible en RDC. Ces résultats d’une enquête menée par le Programme national d’éducation financière (PNEF) l’a conduit à la conclusion selon laquelle les congolais ont besoin d’une éducation financière.

La Banque centrale du Congo (BCC) organise, en marge de la huitième édition de la Journée internationale de l’épargne (JIE), deux journées de sensibilisation autour du thème : « épargner en RDC pour mon avenir, oui c’est possible ». Cela est d’autant plus important que selon le PNUD, environ 4% de jeunes congolais disposent d’un compte bancaire.

D’après le parrain de l’activité, Trust Merchant Banque (TMB) cité par l’ACP, ces journées du 30 au 31 octobre 2018 se tiendront respectivement dans les villes de Bukavu, Kindu, Kisangani, Kananga, Mbandaka, Lubumbashi et Kinshasa.

Pour cette édition, la BCC a décidé de mettre également en avant la femme, les jeunes ainsi que le PME/PMI compte-tenu du rôle important qu’ils jouent dans le domaine socio- économique tant sur l’échiquier international que national. 

A RE(LIRE) : Tshangu Banking, une mini-foire sur l’épargne prévue au marché de la Liberté à Kinshasa !

La JIE s’inscrit dans le cadre du programme national d’éducation financière et contribue à l’amélioration de l’inclusion financière en RDC.

Elle vise également à promouvoir la culture de l’épargne auprès des populations, rapprocher les institutions financières des populations, sensibiliser ces dernières à développer des produits d’épargne adaptés aux besoins de la population.

Au demeurant, la restauration du pouvoir d’achat de la population et la création d’emplois massifs rémunérateurs dans un élan de croissance économique inclusive et durable sont parmi des facteurs cristallisation de la culture d’épargne dans le chef des citoyens congolais.

Philippe KATUMBA | Zoom Eco

Sur le même sujet :

Isidore Lumanu : « il nous faut une centrale de risque pour les micro-crédits en RDC»

Advertisement

Edito