Connect with us

a la une

USA : Trump maintient l’état d’urgence sur la situation de la RDC

Published

on

[URGENT] – Le président des États Unis d’Amérique, Donald J. Trump a maintenu pour un an l’état d’urgence sur la situation de la République démocratique du Congo (RDC). Cette décision prise ce jeudi 25 octobre 2018 s’inscrit dans la continuité de l’Instruction 13413 du 27 octobre 2006, telle que modifiée par l’Instruction 13671 du 8 juillet 2014.

D’après la déclaration rendue publique sur le site de la Maison Blanche, la situation en République démocratique du Congo ou en relation avec celle-ci continue de représenter une menace inhabituelle et extraordinaire pour la politique étrangère des États-Unis.

Dès lors, l’urgence nationale déclarée se réfère à la loi sur les pouvoirs économiques d’urgence internationale ordonnant des mesures connexes bloquant les biens de certaines personnes contribuant au conflit en RDC.

« Conformément à l’article 202 d) de la loi sur les urgences nationales (50 USC 1622 (d)), je poursuis pendant un an l’urgence nationale en ce qui concerne la situation en République démocratique du Congo ou à l’égard de celle-ci déclarée dans le décret 13413, tel que modifié par le décret 13671», a décidé Donald Trump.

En clair, des mesures adoptées par les États unis d’Amérique en 2014 pour faire face à cette situation d’urgence en RDC restent en vigueur au-delà du 27 octobre 2018.

Cela sous entend que le gouvernement Trump se met en position de prendre des sanctions économiques et financières contre certaines personnalités qui seraient responsables des l’instabilité dans le pays et dans la sous-région.

Pour d’aucuns, cette décision semble renforcer la pression de l’administration Trump sur le pouvoir de Kinshasa pour la tenue des élections inclusives, libres, démocratiques, transparentes  dans un climat apaisé.

Même si le risque serait aussi que l’Union européenne emboîte le pas, Kinshasa a déjà sa position connue de ses partenaires : «non à toute diplomatie à géométrie variable pour instrumentaliser, à outrance, les fondamentaux de la démocratie et des droits de l’homme ».

Du haut de la Tribune des Nations unies récemment, Joseph Kabila a dénoncé cette attitude qui viserait à affaiblir des pays comme la RDC qui ont pourtant décidés, de se tourner résolument vers le progrès.

Emilie MBOYO | Zoom Eco

A RE (LIRE) :

RDC : les trois points du plaidoyer de Joseph Kabila pour l’Afrique à l’ONU

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :