Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Déogracias Mutombo présente le rapport de gestion de la Banque Centrale en 2016

Published

on

« En 2016, le budget de la Banque Centrale a été arrêté à CDF 182,968 milliards [environs 145 millions USD]. Comparées aux recettes réalisées, les dépenses de politique monétaire et d’intérêt général ont représenté 48,54 %, celles des dépenses courantes 42,12 %, celles des engagements 4,66 % et celles d’investissement 3,89 % », a déclaré le Gouverneur de la Banque Centrale du Congo lors de la cérémonie d’échange des vœux le 30 décembre 2016.

A en croire Déogracias Mutombo, cette répartition des ressources a valu à la Banque Centrale des observations notamment sur la part très importante des charges du personnel, qui représentent globalement 53 % des recettes, au détriment des investissements qui sont pourtant nécessaires pour adapter l’outil de production aux ambitions de l’Institution et améliorer le cadre de travail qui se trouve dans un état de dégradation très avancée.

Aucun déficit annuel depuis 2013
En tant qu’entreprise, la Banque Centrale fait face à plusieurs difficultés et contraintes depuis plusieurs années suite, notamment, à sa sous-capitalisation et à la baisse constante de ses recettes, principalement les recettes tirées des intérêts sur la créance titrisée et les produits de change.

Astreinte à fonctionner sur base caisse, la Banque Centrale a dû évincer certaines dépenses de première nécessité, affectant ainsi négativement sa capacité à accomplir ses missions statutaires. « Sur fond de cette gestion qui s’impose à notre institution avec ses inconvénients, le plan de trésorerie de la Banque Centrale n’a enregistré aucun déficit annuel depuis ma prise des fonctions en 2013 », a précisé le Gouverneur Déogracias Mutombo.

Projets réalisés en 2016
Malgré les maigres ressources estimées à environs 7,117 milliards CDF, soit 3,80% du Budget global), il a été noté la poursuite de la réalisation de plusieurs projets d’investissement dans le domaine des infrastructures. Le Gouverneur a cité notamment :


(i) l’accélération des travaux de construction des bâtiments administratifs à Lubumbashi et à Matadi ainsi que l’acquisition des terrains pour l’aménagement des bâtiments administratifs à Kananga et à Kalemie ;
(ii) la contribution aux dépenses liées à la réalisation du projet de modernisation du système national de paiement, lequel fournira les fonctionnalités du Système de Règlement Brut en Temps Réel et du Système de Télécompensation Automatisé ;
(iii) l’installation d’une broyeuse à la Direction Provinciale de Lubumbashi pour la destruction des billets, l’acquisition de 150 nouvelles machines de traitement des billets de banque et la poursuite du projet d’acquisition d’une nouvelle chaîne de production des billets de banque à l’Hôtel des Monnaies ;
(iv) la mise en production du logiciel Win Clinic au Centre Hospitalier, l’interfaçage informatique entre la BCC et le Guichet Unique Intégral ainsi que le lancement de la nouvelle version du logiciel de gestion de la Caisse de Retraite.

Avec un regard tourné vers l’avenir, le patron de la Banque Centrale du Congo a également révélé que le projet de désengagement du Centre Hospitalier a franchi une étape décisive, avec la signature, le 23 novembre 2016, d’une convention de partenariat entre son institution et la firme STRATEGOS.

Et d’ajouter : « La création de la filiale commune dès l’année prochaine, permettra à la Banque Centrale de réaliser une économie des coûts sur les dépenses de soins de santé, avec, en prime, l’amélioration sensible de la qualité des services rendus aux ayants droit ».


Zoom Eco

A RE(LIRE) :
RDC : L’analyse de la BCC sur la conjoncture économique, monétaire et financière !
RDC : Le taux directeur de la banque centrale passe de 2 à 7%

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito