Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : le FPI octroie un crédit complémentaire de 1,039 million USD à Congo Airways en difficultés

Published

on

Ordonnance, INRB, Coronavirus, La paie des enseignants, système financier réformé, Direction Générale des Impôts, Dr Muyembe, Acacia Bandubola, Croissance économique, L'économie de l'est de la RDC

Le Fonds de promotion de l’industrie (FPI) vient d’accorder à Congo Airways un crédit complémentaire de l’ordre de 1 039 907,54 USD pour une durée de 36 mois assortis d’une grâce partielle de six mois au taux de 3% l’an.

Une intervention dans le but ultime de sauver la compagnie aérienne nationale touchée de pleins fouets, comme les autres compagnies aériennes du monde entier, par les effets néfastes de Covid-19.

En effet, avec une situation financière plus que critique, Congo Airways est exposée aux menaces telles que la résiliation de ses contrats de collaboration avec les partenaires techniques, l’ouverture du marché aux entreprises d’aviation étrangères avec Ethiopian Airways et Rwanda Air dans les trafics locaux.

En plus, cette compagnie nationale est frappée par une mesure de mise en demeure et doit honorer plusieurs factures en souffrance d’Air France Industrie, d’Ethiopian Airlines et Arthur Gallager.

Au mois de mai 2020, Congo Airways avait converti sa commande ferme, passée en décembre 2019, de deux E175 avec deux droits d’achats supplémentaires en une commande ferme de deux E190-E2 avec deux options supplémentaires.

Ce nouvel accord, d’une valeur totale de 256 millions de dollars au prix catalogue avec toutes les options exercées, devait être inclut dans le carnet de commandes d’Embraer du deuxième trimestre.

Et Congo Airways a aussi le devoir de sauvegarder son certificat IOSA renouvelé pour deux ans.

Ce crédit complémentaire du FPI constitue donc une bouffée d’oxygène pour Congo Airways face à toutes les difficultés actuelles. Suite à la pandémie à Coronavirus, plusieurs pays se sont vus obligés de fermer leurs frontières ; ils étaient également obligés d’interdire des vols passagers vers les destinations nationales et étrangères.

Conséquence, ce manque à gagner n’a pas permis à la compagnie aérienne nationale de continuer à mener à bien son exploitation.

Cette intervention du FPI vient après un premier financement qui a eu lieu en 2019 à hauteur de USD 1 035 398,13 et qui était destiné au financement des frais de maintenance et d’acquisition des pièces de rechange.

Nadine FULA

Advertisement

Edito