Quantcast
Connect with us

a la une

[TRANSCO] – Course à 1 500 CDF ou hausse des subventions, l’Etat face à un dilemme !

Published

on

[TRANSCO] - Course à 1 500 CDF ou hausse des subventions, l’Etat face à un dilemme !

Le Gouvernement central est face est appelé à faire un choix cornélien entre « consentir à une augmentation du prix social de 500 à 1 500 CDF » et « augmenter la subvention pour compenser 40% des pertes que subissent la société à cause de la dépréciation de la monnaie nationale ». L’une de ces options permettra notamment à Transco de réajuster les salaires de son personnel jusque-là appliqués au taux de 975 CDF le Dollar US.

Les agents de Transco ont marre de subir la perte de leur pouvoir d’achat d’environs 40% chaque fois qu’ils sont rémunérés suite à la dépréciation du Franc congolais. Ils l’ont réaffirmé au Président du Conseil d’Administration, Rémy Kachoko lors de l’Assemblée Générale tenue samedi dernier à Kinshasa.

Il est évident que la dépréciation de la monnaie nationale face au Dollar américain a perturbé l’activité financière de TRANSCO dans un contexte où les recettes mensuelles sont restées les mêmes mais dévaluées créant ainsi un déficit par rapport à la couverture des charges courantes exceptée la subvention en carburant.

Conséquence, le prix social de 500 CDF fixé par l’Etat depuis 2013 pour la course, quelle que soit la distance et en dépit des embouteillages, du mauvais état de la voirie et des passagers non payants, devient désuet. Ce qui nécessite une solution alternative.

A en croire le PCA, sur le chiffre d’affaire qui a avoisiné les 2,4 milliards de CDF (qui équivalent actuellement à 1 300 000 USD à cause de la dépréciation), les pertes mensuelles sont d’à peu près 700 000 USD par rapport aux recettes. « Malgré toutes ces turbulences, les salaires sont payés et à temps », a précisé Rémy Kachoko.

Et d’indiquer, à titre illustratif, qu’au mois de Mai 2017, le rapport mensuel – disponible sur le site www.transco-rdc.cd – rapporte que sur les 2 239 292 750,00 CDF de recettes, les charges de TRANSCO ont été reparties de la manière suivantes : les charges du personnel sont la rubrique la plus importante dans la structure des charges car elle représente 37,30% des charges mensuelles au cours de la période considérée, soit CDF 1 863 555 016,76. Les achats et variation de stock et les dotations aux amortissements prennent respectivement 33,78% et 21,07% soit CDF 1 687 500 572,65 et 1 052 700 497,73. Le reste des charges représentent des faibles valeurs inférieures à 2% pour chacune.

Selon la société TRANSCO, toutes les options possibles ont été déjà soumises aux décideurs. La balle est donc dans le camp du Gouvernement choisir la solution durable qui sauverait cette entreprise de transport public de la faillite comme ses prédécesseurs. Les prochaines heures nous en diront plus !

Zoom Eco

Advertisement

Edito