Quantcast
Connect with us

a la une

Alain Bussy : « l’ARSP a enregistré des avancées significatives dans la mise en application de la Loi sur la sous-traitance »

Avatar of La Rédaction

Published

on

IMG 20220718 WA0018

Des avancées significatives sont de plus en plus enregistrées dans la mise en application de la loi sur la sous-traitance en RDC.

Ces propos ont été tenus par le Directeur général adjoint de l’Autorité de régulation de la sous-traitance dans le secteur privé (ARSP), Alain Bussy, au cours de la troisième édition de la Conférence de presse de la Chambre des mines. Une Conférence organisée par la Coordination en charge de l’administration et de la communication de l’ARSP.

Lors de ces assises, Alain Bussy Wasso a présenté le niveau d’application de la Loi fixant les règles applicables à la sous-traitance dans le secteur privé. dont l’objectif de cette Loi étant de rendre obligatoire la sous-traitance dans les activités connexes et annexes de l’activité principale ainsi que la réserve des entreprises congolaises à capitaux congolais.

La Loi sur la sous-traitance vise aussi la promotion de la classe moyenne congolaise, la création de l’emploi pour les nationaux et l’embellissement de l’assiètte fiscale au profit du Trésor public.

« Le plus important est que nous puissions nous améliorer. D’après le témoignage du Président national du Club de sous-traitants, effectivemen les choses commencent à avancer. Et ça va aller croissant progressivement comme ça et nous allons faire en sorte que les congolais à 100% puissent accéder à tous les marchés. Nous sommes entrain de discuter avec les entreprises principales pour faire en sorte que tous les appels d’offres soient logés dans le site web de l’ARSP afin que l’information parvienne à tous ceux qui veulent soumissionner et permettre aux congolais d’avoir l’information pour accéder aux marchés. », a insisté Alain Bussy.

Au cours de cette conférence de presse, plusieurs témoignages ont été rendus publics sur la question d’application de la Loi sur la sous-traitance en RDC.

Gabriel Tshitende, Président du Club national des sous-traitants a dressé un tableau positif.

« Nous devons penser comment aider les entreprises congolaises à avoir de l’argent. Ce qui est important. Au niveau du Club, nous avons pensé à une association moyenne : celui qui a un million, 100 000 USD. Nous avons préféré mettre ensemble et former un consertium. S’il y a un marché au-delà de ce moyen et c’est l’entreprise qui sera créée qui prendra en charge ce marché. Ça va répondre ainsi aux souhaits du Chef de l’Etat congolais qui veut avoir les millionnaires congolais. », a-t-il expliqué.

De son côté, le Président de la Chambre des mines à la Fédération des Entreprises du Congo (FEC), Louis Watume, a axé son message sur l’évolution observée dans le secteur de sous-traitance. Il a notamment évoqué le rôle combien important que doit jouer son institution dans le développement économique du pays tout en plaidant pour la diversification de l’économie de la RDC.

« C’est un secteur qui est dynamique et qui évolue. Mais il faut régulièrement tenir toutes les parties prenantes informées non seulement sur l’évolution mais également des challenges qu’on rencontre et de début des solutions. Vous l’avez entendu de la bouche du Président national du Club, ça commence à aller. C’est vrai, il y a encore du chemin à faire et beaucoup de points à harmoniser notamment dans le cadre normatif des choses mais je crois que ce genre d’exercice est important et également que nous saluons l’attitude du Gouvernement. Une attitude d’ouverture, il faut impérativement diversifier notre économie. », a-t-il affirmé.

Michel Eboma, Conseiller spécial du Chef de l’Etat congolais en charge des mines et énergie a souligné, pour sa part, l’importance de créer la classe moyenne, tel que le veut Félix-Antoine Tshisekedi.

« Nous sommes venus parce que nous sommes intéressés par le thème retenu par la Chambre des mines qui s’articule essentiellement sur les mesures d’application de la Loi sur la sous-traitance dans le secteur privé. Le Chef de l’Etat congolais a instruit les responsables de cette institution de veiller, et de suivre rigoureusement l’application de la Loi et le cas échéant d’appliquer la sanction suprême. », a fait savoir Michel Eboma.

L’ARSP, rappelons-le, est un outil important du Gouvernement de la RDC dans la mise en place de sa politique de développement de l’économie nationale et de création des conditions favorables à l’émergence d’une classe moyenne d’entrepreneurs congolais.

Nadine FULA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito

ZoomEco TV