Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : 39% de congolais conscients de la gravité de Covid-19 (étude de Target Sarl)

Published

on

La cabinet d’études Target SARL vient de publier les résultats d’une étude axée sur les congolais et la pandémie de Coronavirus. Cette étude a un double objectif. D’abord, mesurer la perception de la gravité de cette maladie par la population congolaise; ensuite, évaluer la satisfaction ou non des congolais suite aux différentes mesures de riposte prises par le chef de l’État ainsi que les gouvernements provinciaux.

D’après ce sondage, le premier volet axé sur la perception de cette maladie révèle que seulement 39% des personnes interrogées trouvent que le Covid-19 est une maladie grave contre 58% qui ne la trouvent pas grave et 5% qui ne se prononcent pas.

Plusieurs raisons justifient ce choix. Il y a entre autre l’absence de malades dans leur environnement immédiat (46%); le faible nombre de cas confirmés dans leur province (21%); le fait que le Covid19 sévisse plus à l’étranger (20%) et que ce soit une maladie dont l’impact est exagéré par les médias et les politiciens (12%).

Quant au deuxième volet axé sur la satisfaction ou non de mesures prises par le chef de l’État, ici la tendance est plutôt à la hausse : 70% des personnes interrogées se déclarent satisfaites des mesures prises par le chef de l’État pour stopper la pandémie contre 16% qui ne le sont pas et 14% sans-opinions.

Excepté le Sud-Kivu (41%), les scores de satisfaction sur les actions entreprises par les gouvernements provinciaux sont supérieurs à 50% avec un score très élevé au Haut-Katanga (80%).

Cette étude a été réalisée auprès d’un échantillon de 1 000 personnes, représentatives de la population congolaise âgée de 18 à 65 ans et plus.

La méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, occupation et ville de résidence. Six provinces de la RDC étaient concernées par cette étude dans la période du 06 au 12 avril 2020. Il s’agit du Haut- Katanga, Kasaï-Oriental, Kinshasa, Kongo-Central, Nord-Kivu et Sud-Kivu.

Nadine FULA

Advertisement

Edito