Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Tshisekedi invité à s’impliquer pour des actions judiciaires de dossiers de corruption (CNPV)

Published

on

Dans le souci de voir la Rd Congo combattre la corruption, la coalition « Le Congo n’est pas à vendre » demande au président de la République, Félix Tshisekedi de s’impliquer personnellement pour l’ouverture et la fixation des actions judiciaires de tous les dossiers de corruption devant les juridictions compétentes.

Dans un communiqué de presse publié le mardi 28 juillet 2020, « Le Congo n’est pas à vendre » estime que le président Tshisekedi a intérêt à matérialiser sa volonté de « faire de la lutte contre la corruption son cheval de bataille ».

Pour cette coalition des organisations de la société civile, la nomination d’une nouvelle équipe au sein de l’Inspection générale des finances (IGF), la nomination de nouveaux magistrats dont un rattaché à la Cellule nationale de renseignements financiers (CENAREF)… constituent des avancées significatives dans cet élan d’assainir la gestion des finances publiques.

Parmi les dossiers énumérés comme devant faire l’objet d’enquêtes sévères au niveau des parquets, « Le Congo n’est pas à vendre » cite notamment le dossier Gecamines où 128 millions d’euros se seraient volatilisés et dont une enquête a été ouverte au sein des juridictions sans que l’affaire ne soit fixée devant le tribunal ; le dossier 15 millions USD de la décote sur le remboursement du manque à gagner des opérateurs pétroliers ; le dossier de la fibre optique où des millions de dollars ont été investis sans que la population ne puisse bénéficier correctement des retombées de cet investissement…

Dans le lot, la coalition identifie également le dossier CNSA où 3 087 630 USD ont été décaissés pour payer la prime et les salaires de 18 membres non actifs depuis plusieurs mois ; le dossier des travaux de luxe de modernisation des locaux du sénat dans lequel le processus de passation de marché n’a pas suivi les règles et le montant décaissé pour les travaux dépasse la ligne budgétaire liée à l’investissement.

Dans la série des recommandations formulées par « le Congo n’est pas à vendre », la coalition demande à Félix Tshisekedi de veiller au fonctionnement régulier de l’IGF en la dotant des moyens nécessaires afin de mieux remplir les missions qui lui sont assignées.

Il est également demandé au président Félix Tshisekedi de mettre en œuvre de manière effective la loi organique n°18/024 du 13 novembre 2018 portant composition, organisation et fonctionnement de la Cour des comptes en RDC.

Olivier KAMO

Advertisement

Edito