Quantcast
Connect with us

a la une

RDC: Il faut investir 1 milliard USD chaque année pour relever les standards des routes

Published

on

Le gouvernement de la RDC éprouve des difficultés pour construire les routes ou entretenir son réseau routier interne. Une enveloppe annuelle d’un milliard de dollars américains est nécessaire pour cette activité, explique à Radio Okapi le Ministre des Infrastructures, Travaux publics et reconstruction. Ce que le gouvernement n’est pas en mesure de débourser avec ses fonds propres.

«Il y a des routes qui peuvent générer des ressources suffisantes grâce à l’activité économique dans leurs zones d’influence. Mais beaucoup de routes ne sont pas éligibles à ce genre de financement et doivent dépendre du trésor public, qui lui-même n’a pas beaucoup de financement du fait de l’activité économique qui est assez faible dans le pays», déclare Fridolin Kasweshi.

Le standard des routes au Congo est parmi les plus faibles dans les zones sous-régionales auxquelles appartient le pays (l’Afrique centrale ou la SADC), a en outre affirmé le ministre. «Pour relever nos standards, il faut investir 1 milliard de dollars par an dans les routes dont au moins 20% pour l’entretien », précise-t-il.

Faute de disposer d’un financement de cette hauteur, Fridolin Kasweshi explique que le gouvernement développe trois piliers palliatifs : le partenariat public-privé là où l’activité économique est assez importante, c.à.d. pour les routes asphaltées, un minimum de trafic de 15 000 véhicules par jour.

Fridolin Kasweshi, Ministre des Insfrastructures, Travaux Publics et Reconstruction. Ph. Radio Okapi.

Le deuxième pilier est celui des partenaires techniques et financiers à l’instar de la BAD, l’Union européenne et la Banque mondiale. Cette dernière développe un projet dit de routes ultra-prioritaires avec 3 500 km des routes prises en charge par une intervention conjointe de la Banque mondiale, de la coopération britannique et du Fonds national d’entretien routier.

Le troisième pilier est celui des ressources propres. «Son apport est très faible et ne permet pas une bonne prise en charge de notre réseau routier», avoue le ministre.

En 2013, le gouvernement a alloué 40 millions de dollars américains pour les routes en supplément à l’apport des partenaires techniques et financiers extérieurs mais n’a pas pu tenir cet engagement les années suivantes.

Quelques routes sont tout de même entretenues notamment à Kinshasa, capitale du pays. « Nous avons lancé par exemple les travaux d’assainissement de la route By-Pass construite en 1981 qui n’a pas bénéficié d’un entretien conséquent. D’autres routes ont été dégradées précocement du fait du manque des ouvrages d’assainissement, de la gestion de déchets ou de l’augmentation du trafic en quantité et en tonnage », résume Fridolin Kasweshi.

RO / Zoom Eco

Advertisement
1 Comment

1 Comment

    Leave a Reply

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Advertisement

    Edito