Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Julien Paluku compte sur l’expertise des ingénieurs civils nationaux dans la mise en place des ZES

Published

on

RDC : Julien Paluku compte sur l'expertise des ingénieurs civils nationaux dans la mise en place des ZES

Le Ministre de l’industrie, Julien Paluku, a rassuré une délégation de l’ordre national des ingénieurs civils, de leur implication dans le processus de mise en place des Zones économiques spéciales.

En effet, les ingénieurs civils ou ingénieurs en génie civil, s’occupent de la conception, la réalisation, l’exploitation, et la réhabilitation d’ouvrages de construction et d’infrastructures dont ils assurent la gestion afin de répondre aux besoins de la société, tout en assurant la sécurité du public, et la protection de l’environnement.

C’est à ce titre que Julien Paluku a reconnu la nécessité d’impliquer cette structure dans la réalisation de ces travaux. Il a aussi promis de les impliquer dans la la normalisation et la météorologie du pays.

La mise en place des Zones économiques spéciales pour le gouvernement congolais reste une option importante pour booster le développement et créer de la richesse.

Une Zone économique Spéciale est une région géographique dans laquelle, les lois économiques sont plus avantageuses pour les entreprises, que celles pratiquées pour le reste du pays.

Lorsqu’un Gouvernement, à travers le monde, s’active, comme c’est le cas avec la RDC, à créer des zones économiques spéciales, c’est dans le but d’attirer des investisseurs surtout étrangers, la création d’emplois, l’amélioration de la technologie et de la gestion. Le gouvernement met, dans ce cas, des mesures incitatives, entre autres des allègements fiscaux, des réductions, ou des facilités d’installation.

En République Démocratique du Congo, le Premier Ministre, a signé un décret le 5 mars dernier fixant les avantages et faciliter à accorder aux investisseurs opérant dans les Zones économiques spéciales.

Après la Zone économique spéciale pilote de Maluku, dont les travaux s’annoncent déjà à l’horizon, le gouvernement a prévu de créer deux autres zones, au Haut-Katanga avec 14.000 hectares, et dans le Lualaba avec 6.000 hectares. L’apport et l’expertise des ingénieurs civils sont importants, comme le reconnaît Julien Paluku.

Harris KASONGO

Advertisement

Edito