Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : le prix du bulletin scolaire fixé à 1 000 CDF pour les écoles non concernées par la gratuité (EPST)

Published

on

RDC : le ministre de l'EPST fixe le prix du bulletin scolaire à 1000 FC

Le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST), Willy Bakonga, a rappelé le prix du bulletin scolaire fixé à 1 000 CDF sur toute l’étendue du territoire national. Seuls les élèves des écoles non concernés par la gratuité de l’enseignement de base sont astreints à les payer.

Cette mesure compte parmi les directives qu’il a adressées le 4 septembre 2020 à l’endroit des directeurs provinciaux de l’EPST.

” Je viens par la présente vous rappeler l’Arrêté ministériel n MINEPST/CABMINETAT/1559/2027 du 04/07/2017 portant établissement des titres scolaires comme normes dans l’Enseignement primaire, secondaire et technique en République démocratique du Congo, le diplôme d’Etat, le brevet d’aptitude professionnelle, le certificat de fin d’études primaires, ainsi que le bulletin scolaire sont des normes d’utilité nationale”, fait remarquer le ministre de l’EPST dans sa correspondance adressée aux gouverneurs des provinces.

A en croire le courrier du ministre, la normalisation des titres scolaires a l’avantage de combattre la circulation des fausses pièces scolaires. Celles-ci, selon le ministre Bakonga, sont une des causes de la baisse du niveau des enseignements dispensés aux élèves.

Ainsi, les directeurs provinciaux de l’EPST sont priés d’instruire leurs chefs d’établissements respectifs de sorte que toute inscription de nouveaux élèves soit conditionnée par la présentation du titre scolaire officiel. Celui-ci est autorisé à être utilisé non pas seulement pour toute inscription mais aussi pour le transfert d’un élève, d’une école à une autre.

Pour Willy Bakonga, les élèves fréquentant les établissements d’enseignements publics du niveau primaire, et bénéficiant de la gratuité, ne doivent pas payer les frais du bulletin, a-t-il insisté.

La décision du ministre de l’EPST est un coup de pouce dans la lutte contre les anti-valeurs. Surtout quand on sait que le secteur de l’EPST en Rd Congo est émaillé de mauvaises pratiques qui contribuent à l’enlisement de l’éducation.

Beaucoup de témoignages renseignent des cas de falsification fréquente des titres scolaires par des enseignants agissant seuls ou en complicité avec les chefs d’établissements. Autant, certaines sources proches du secteur de l’EPST dénonceraient le trafic des diplômes d’état au niveau des organes de gestion administrative habilités.

Julien MAO MAMPO

Advertisement

Edito