Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Dénonciation présidentielle, Luzolo invite la justice à rendre compte au peuple

Published

on

« La justice doit rendre compte à la population congolaise, 6 mois après le dépôt de cette plainte, de l’issue de ce dossier », a déclaré à Top Congo FM le Conseiller Spécial du Chef de l’Etat en matière de bonne gouvernance, lutte contre la corruption, blanchiment des capitaux et financement du terrorisme.

Le 23 Juin dernier, Luzolo Bambi Lessa déposait au parquet général de la République, au nom du chef de l’Etat, une première dénonciation contre de hauts fonctionnaires de l’état. Cependant, près de 6 mois plus tard, aucune suite n’a été donnée à ce qui pourtant annoncé tambours battants au regard des personnes qu’elle visaient.

« Si les plus sceptiques s’attendaient à une justice à géométrie variable, il y a lieu de craindre à ce stade un silence absolu qui pourrait classer le dossier sans suite »,  commente un analyste.

La juste devant ses responsabilités

Appelant la justice à rendre compte à la population congolaise de l’issue de la dénonciation présidentielle, Luzolo Bambi Lessa rappelle : « mes services avaient sérieusement documenté des faits de blanchiment des capitaux, de corruption, de détournement des deniers publics qui concernaient certains hauts fonctionnaires, même certains gouverneurs de province soupçonnés de détournement de fonds de rétrocession que le gouvernement central envoie en province ».

A lui de poursuivre : « nous attendons donc jusqu’à ce jour de la part de la justice qu’elle nous dise ce qu’il en est de ce dossier ».

Corruption endémique 

Sans peur d’être contredit, le Conseiller Spécial du Président de la République, confirme qu’en République Démocratique du Congo, la corruption est endémique.

« Je réitère mes propos tenus à ma prise de fonction. Il faut arrêter la corruption. Chaque année, le pays enregistre une fraude fiscale de 15 milliards de dollars américains, alors que son budget annuel est de 8 milliards ».

Aussi paradoxale que cela puisse paraître, Luzolo Bambi Lessa déplore le fait que dans toutes les prisons du pays, on identifie pas plus de 5 condamnés pour corruption. « C’est inadmissible », a-t-il insisté.

Insuffisance des moyens financiers

L’ancien ministre de la justice appelle par ailleurs le gouvernement à accompagner financièrement son action.

« Le Chef de l’Etat, en créant l’institution conseiller spécial anti-corruption, a fait sa part. Mais pour les moyens, il appartient aux autres institutions du pays de pourvoir cette institution des moyens qu’il faut. Malheureusement lorsque vous lisez l’actuel projet de loi des finances, la part réservée au financement de la politique anti-corruption n’est pas considérable ».

A entendre Luzolo Bambi, il y a de quoi constater clairement que le gouvernement Matata n’affecte pas des moyens suffisants et nécessaires pour les offices du Conseiller Spécial du Chef de l’Etat.

Et pourtant, Luzolo Bambi est investit de la mission de traduire en acte la volonté du Chef de l’Etat, Joseph Kabila de pouvoir traquer les kuluna en cravate et assainir l’environnement économique congolais sensé être porteur de développement, du droit des affaires équitable, de l’impôt et la douane justes, de l’entreprise et des entrepreneurs sécurisés.

La Troïka Stratégique du gouvernement qui a toujours plaidé pour la maximisation des recettes publiques et la lutte contre l’évasion et la fraude fiscale, n’a – t – elle pas encore examiné ce dossier depuis 9 mois ? Si oui, est – ce un refus délibéré, une obstruction manifeste ou un manque de volonté politique ?

Pour sa part, le Conseiller  Spécial dit « craindre que le législateur, n’apporte pas de solution à ce problème alors que le gouvernement a pour mission essentielle de faire que le bon citoyen vive tranquillement et que le mauvais citoyen soit traqué ».

Il est évident que si Luzolo Bambi Lessa disposait des moyens financiers conséquents et bénéficiait de la collaboration « franche » de toutes les institutions pour accomplir correctement ses missions, des milliards de dollars rentreront dans le trésor public et l’Etat aura les moyens de sa politique pour développer le pays.

Zoom Eco

RDC : Corruption, les grandes lignes de la dénonciation présidentielle

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito