Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : La FEC décrie les projets budgétivores du gouvernement Matata

Published

on

La synthèse du rapport exercice 2015 du Conseil d’administration de la FEC à l’Assemblée Générale Ordinaire tenue à Kinshasa au cours du mois de mai 2016, accable Matata Ponyo et sa gestion. Ce rapport de plus de 200 pas est sans complaisance. Et sa synthèse de 25 pages est éloquente. Selon Africanews, elle accuse le gouvernement de faire du gaspillage des ressources financières du pays. Rien d’autre.

La chute continue des cours mondiaux des produits de l’industrie extractive, dont dépend hélas principalement l’économie de la RD-Congo, les spéculations politiques liées à l’approche des échéances électorales, l’insécurité encore observée dans certaines parties du pays, l’insuffisance de l’offre de l’énergie électrique, la prolifération de taxes, la dégradation des infrastructures de communication…et maintenant la dépréciation du franc congolais ont contribué à l’aggravation des difficultés économiques des entreprises avec un impact direct sur les finances publiques.

C’est dans ce contexte difficile que le Premier Ministre s’est permis d’affecter les deniers publics notamment à des projets budgétivores qui, selon la FEC, n’ont aucun impact sur le développement de l’économie nationale.

Bukanga Lonzo nécessite un audit

«Pendant ce temps, on finance avec l’argent des contribuables des projets budgétivores sans impacts sur le développement de l’économie nationale. C’est la cas de Bukanga Lonzo qui consomme mensuellement des millions de devises sans aucun impact sur la production agricole», a indiqué Albert Yuma.

Ici la FEC estime que, comme elle l’a demandé lors des réunions sur l’évaluation des 28 mesures prioritaires, il faut arrêter ce projet pour en faire une évaluation objective par des experts indépendants. Autrement dit, le Parc agro-industriel de Bukanga Lonzo exige un audit indépendant pour tirer sa gestion au clair.

Congo Airways, l’INSS a financé 35 millions $

La FEC salue également la mise en exploitation de la nouvelle société Congo Airways qui a conduit à la baisse du niveau des tarifs des services de transport aérien moyennant des avantages fiscaux très conséquents.

«Je me réjouis de la volonté de doter la RDC d’une compagnie aérienne capable de faciliter le déplacement des personnes et de leurs biens à travers le pays. Qu’il me soit cependant permis de poser la question de savoir pourquoi le faire en prélevant dans les réserves constituées depuis des années par l’Institut national de sécurité sociale -INSS-,35 millions de USD à ce jour », se demande Albert Yuma.

Selon lui, les ressources de l’INSS proviennent des cotisations versées par les employeurs et les travailleurs pour couvrir les prestations sociales liées à la pension de retraite des travailleurs et les risques professionnels dont la qualité est encore décriée. A la FEC de préciser : «L’utilisation de ses ressources -celles de l’INSS- à des fins autres que celles liées à son objet social devrait obligatoirement obtenir l’accord de ses bailleurs de fonds que nous sommes».

Vue du smart building du gouvernement central ayant coûté 42 millions USD. Ph. Tiers

L’immeuble intelligent est aussi à ranger dans le lot d’autres projets budgétivores. «C’est aussi le cas des fonds dépensés inutilement pour le bâtiment du gouvernement, qui auraient pu servir à relancer l’économie productive en payant notamment la dette intérieure déjà certifiée», note la FEC.

Concernant les perspectives 2016, Albert Yuma appelle le gouvernement Matata à appliquer sans faille les 28 mesures urgentes, pris sous l’impulsion du Président de la République pour la stabilisation et la relance économique de la RD-Congo suite à la chute des cours des matières premières.

Le grand défi, selon lui, est celui « de faire sortir l’économie de son état de fragilité et de la propulser à un niveau de développement à la mesure des potentialités du pays et ce, bien entendu, pour le bien être de la population».

Zoom Eco

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito