Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Ogefrem, le Conseil d’Administration ordonne l’audit et l’état des lieux !

Published

on

Comme prévu, la réunion extraordinaire du Conseil d’Administration de l’Office de Gestion du Fret Multimodale (OGEFREM) s’est clôturée vendredi 24 février 2017. Si cet organe a ordonné l’audit et l’état des lieux de l’office, le Directeur Général Anatole Kikwa, fort de ses trois voix, aurait réussi à obtenir la permutation des cadres du service d’audit interne. Une mise en place qui fait murmurer dans les couloirs de l’Ogefrem d’autant plus qu’elle serait faite dans l’objectif de brouiller les pistes à la mission de l’audit externe pour de raisons jusque-là inavouées.

Déstructuration de l’audit
Le Directeur Général Anatole Kikwa étant majoritaire par sa voix, celle de Monsieur Clément Kwete obtenue par procuration et du soutien de Monsieur Guillaume Madjolo, apprend – t – on, a parvenu à faire la mise en place du personnel. Et ce, en contradiction avec l’ordre du jour arrêté par le Président du Conseil d’Administration et l’autorisation de la tutelle sur la tenue de cette réunion extraordinaire.

Si cet ordre du jour a été complété par ce sujet de mise en place à la demande de la majorité des voix, ce prétendu mouvement du personnel de l’« Audit interne » semble, selon certains agents, préparer le lit de la déstructuration de ce service pour brouiller les pistes à l’Audit externe.

Et pourtant, rappellent – t – ils, la délégation syndicale attend de cet audit un contrôle de gestion sérieux tant sur le plan financier que sur le plan administratif et la proposition des pistes des solutions crédibles devant sauver la vie de l’Ogefrem.

Pouvoir d’opposition de la tutelle
L’article 32 alinéa 3 des statuts de l’Ogefrem donne le pouvoir à l’autorité de tutelle de l’office de faire opposition à l’exécution de toute délibération ou décision du Conseil d’Administration qu’elle juge contraire à la Loi, à l’intérêt général ou à l’intérêt particulier de l’Office.

A en croire, le lanceur d’alerte Cyrus Mirindi, le Vice – Premier Ministre, Ministres des Transports et Voies de Communication dispose de la marge de manœuvre suffisante pour bloquer la résolution du Conseil d’Administration relative à la mise en place du service d’Audit de l’Office sous un quelconque prétexte que ce soit.

Au sujet du dossier de « licenciement sans préavis » ouvert contre le lanceur d’alerte Cyrus Mirindi, le Conseil d’Administration l’aurait classé « sans suite » estimant qu’il s’agit d’un combat noble et patriotique.

Un aveu, deux hypothèses
Selon nos sources, le Directeur Général Anatole Kikwa aurait reconnu sur Procès-Verbal, au cours de cette même réunion, l’authenticité de l’Avis à Tiers détenteurs et le montant de 7 milliards de francs congolais non reversés au fisc.

Si pour certains cela est perçu comme une reconnaissance tacite d’une faute de gestion, deux hypothèses semblent se présenter comme conséquences : la suspension à titre provisoire du DG (et ses collaborateurs) fautif par le Gouvernement et sa démission volontaire avec engagement de régulariser avec le fisc. Des questions restent entières quant à l’attitude des autorités compétentes et celle la justice, toutes saisies de ce dossier qui semble menacer la vie non seulement de l’entreprise mais aussi des familles entières qui en dépendent.

A tout prendre, si la résolution relative à l’audit et l’état des lieux est saluée par le personnel, celle de la mise en place des cadres semble ne pas rencontrer les desiderata de la délégation syndicale. Cette dernière, par sa lettre du 21 février adressée au Conseil d’Administration, avait sollicitée de l’autorité compétente des mesures conservatoires du Directeur Général et le gel du mouvement du personnel pendant la période d’audit.

« A défaut de la prise en compte des avis des travailleurs face au chaos ici constaté suite à la mégestion tant décriée, ceux-ci nous ont demandé de vous faire parvenir leur détermination à se prendre en charge pour sauver leurs carrières et la sécurité sociale de leurs familles en déans 8 jours francs à dater de la tenue du présent Conseil d’Administration extraordinaire (mercredi 22 février 2017) », prévenait la délégation syndicale. Affaire à suivre !

Zoom Eco

A RE(LIRE) :
RDC : Contentieux Fiscal, la délégation syndicale de l’OGEFREM interpelle Anatole Kikwa !

RDC : Scandale à l’Ogefrem, Kikwa soupçonné de détourner 7 milliards CDF des impôts dus au fisc !

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito