Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : SCPT-Airtel, « bradage à ciel ouvert » de la fibre optique !

Published

on

L’Intersyndicale de la Société congolaise des postes et des télécommunications (SCPT) s’oppose à l’utilisation d’une liaison sur la fibre optique de forte capacité de Kinshasa à Londres par Airtel. Dans une lettre du 20 Juin 2017 adressée au Directeur Générale ai, les agents dénoncent la « modique de 4 millions USD » pour une exploitation de 15 ans. Ils ont crié au « bradage à ciel ouvert » !

« Nous apprenons que vous vous livrez à des actes de bradage de taille, voire même de sabotage des efforts du Chef de l’Etat qui, par mécanisme de traduire sa vision de la modernité en actes, a fait bénéficier pour investissement à la SCPT, plus de 300 millions de dollars. Vous auriez voulu brader tous efforts par un contrat avec Airtel pour une modique somme de 4 millions de dollars pour quinze ans », a écrit l’intersyndicale qui réserve ainsi une souveraine opposition à la démarche du DG Patrick Umba.

Contrat léonin

Selon une source citée par Forum des As, le Directeur Général intérimaire de la SCPT aurait signé, il y a quelques jours, un contrat IRU avec la société de communication Airtel. Dès lors, ce conférerait à Airtel, le droit d’usage irrévocable de 15 ans sur la fibre optique. Et pour l’utilisation de cette liaison sur la fibre optique d’une forte capacité de Kinshasa à Londres, Airtel ne payera que 4 millions USD.

Alors qu’en location mensuelle, cet engagement rapporterait plus de 70 millions USD à cette entreprise du Portefeuille. « Généralement ce type de contrat amène à une remise de l’ordre de 35%. Malheureusement », s’indigne la même source, ajoutant qu’il s’agit d’un contrat léonin.

Bien plus, pour ce type de contrat, il est exigé que le client paie en une fois. Ce qui n’est pas le cas pour Airtel qui n’aurait payé que 600 mille USD. Le reste devant être payé progressivement.

Patrick Umba suspecté

Dans les couloirs du bâtiment de la SCPT à Kinshasa, des bruits font état d’un conflit d’intérêt savamment monté par le Directeur Général intérimaire (lui-même un ancien d’Airtel) avec la complicité du Conseil d’Administration.

« On ne comprend pas cependant, que le Conseil d’administration se soit réuni, mais sans prendre des mesures qui s’imposaient », commente un syndicaliste, pour s’opposer à ce deal qui « porte terriblement atteinte aux intérêts de l’entreprise et du pays ».

Dans ledit contrat, rapportent des sources crédibles, Patrick Umba figure comme personne-ressource de la partie SCPT. Qui plus est, il aurait même recruté deux consultants venus d’Airtel. Ce qui fait hausser le ton de l’intersyndicale.

Halte au bradage !

Pour les syndicalistes, les moments sont propices à des initiatives susceptibles de hisser plus haut l’étendard de la SCPT. Et donc, ce type d’actions devrait passer par un plan de travail intelligemment conçu. D’où, l’opposition formelle contre tout comportement qui n’irait pas dans le sens de préserver les intérêts de leur société, et par-devant, ceux du trésor public.

A RE(LIRE) : SCPT, cap sur la fiabilisation du réseau de la fibre optique !

Par ailleurs, l’intersyndicale de la SCPT promet de se dresser contre tous les contrats avec différents consultants qui, selon elle, n’a ni expertise ni compétence avérées. « L’autorité doit agir pour arrêter cette gabegie », a-t-elle insisté.

Le Comité de Gestion de cette entreprise du portefeuille est donc appelé à clarifier la situation.

FA/Zoom Eco

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito