Connect with us

a la une

RDC : Gisement KAMOA-KAKULA, 1 milliard de tonnes de cuivre !

Published

on

Le gisement Kamoa-Kakula, situé dans la province de Lualaba, contient environs 1 milliard de tonnes de minerais de cuivre. Son exploitation va produire autour de 31 millions de tonnes de cuivre métal dans les prochaines années. Guy Nzuru, Gérant d’Ivanhoe Mines DRC, l’a confirmé lors de son intervention à Radio Okapi ce vendredi 20 Octobre 2017. A lui de préciser qu’il s’agit de l’un des plus grands gisements au monde de cuivre de haute teneur jamais découvert et ni développé.

Le gisement Kamoa-Kakula, situé dans la province de Lualaba, contient environs 1 milliard de tonnes de minerais de cuivre. Son exploitation va produire autour de 31 millions de tonnes de cuivre métal dans les prochaines années. Guy Nzuru, Gérant d’Ivanhoe Mines DRC, l’a confirmé lors de son intervention à Radio Okapi ce vendredi 20 Octobre 2017. A lui de préciser qu’il s’agit de l’un des plus grands gisements au monde de cuivre de haute teneur jamais découvert et ni développé.

Au prix actuel frôlant les 7 000 USD la tonne sur le marché international, les 31 millions de tonnes de réserves de cuivre s’évalueraient à près de 220 milliards de dollars américains. Cela étant une valeur, à titre indicatif, du chiffre d’affaire devant résulter de la vente de ces produits miniers exploités jusqu’à leur épuisement. Une véritable opportunité de création de richesses et de développement non seulement pour le Lualaba mais aussi de la RDC.

Avant même l’entame de la production à Kamoa-Kakula et au regard des résultats des obligations sociétales d’Ivhanoes, révèle Guy Nzuru, la population riveraine vit déjà la préfiguration de ce que sera Kamoa demain.

« Déjà, 99% de notre personnel est issue de la population locale. Nous apprenons la population à vivre de sa forêt sans la détruire. Nous œuvrons dans l’agriculture, la pisciculture, l’élevage de poulets de chaire, la production du miel, etc.  […] Nous avons déjà initié un projet de reboisement qui marche. Nous reboisons au fuir et à mesure que nous décapons. Et ce, au delà du fait que Kaoma-Kakula soient des mines souterraines qui n’ont pas  trop d’impacts à la surface », a – t – il indiqué.

Le Gérant d’Ivhanoes Mines DRC rassure quand au respect des dispositions législatives et réglementaires en rapport avec l’environnement.

Et d’ajouter : « Le domaine minier a été légiféré. Avant qu’on ne vous octroie le permis d’exploitation, vous devez dresser un plan environnemental qui est approuvé par l’Etat. Un plan que vous devez suivre. Ce qui fait qu’à la fermeture de vos activités, vous devez réhabiliter le site selon le plan qui a été approuvé. N’oubliez pas aussi que de part le Code et règlement minier, vous devez mettre en place de l’argent dans une société financière qui permet à l’état, au cas où vous ne réhabilitez pas votre environnement, de se saisir de cet argent pour le faire à votre place ».

A la question de la journaliste Nounou Ngoie de Radio Okapi quant à l’avenir de l’activité minière en RDC, Guy Nzuru affirme que les mines vont s’arrêter un jour puisqu’elles ne sont pas éternelles. D’où, la nécessité de penser à « l’après mines ».

« C’est pourquoi, nous à Kamoa, nous nous soutenons les alternatives aux opérations minières telles que l’agriculture, élevage,… Tant que la technologie aura besoin des minerais, il y a de l’avenir pour ce grand pays minier qui, malheureusement, est parmi les plus pauvres. Alors que tous les autres pays miniers du monde sont développés et émergents. Je crois que tout le monde s’il joue sa partition effectivement, il aura de l’avenir pour les opérations minières », a – t – il conclu.

Par ailleurs, afin disposer de 200 mégawatts de l’électricité suffisante faire tourner sa fonderie de 300 000 tonnes par année, Ivhanoe Mines s’emploie depuis 2014 à moderniser les centrales de Mwadingusha et Koni en collaboration avec la SNEL. Sur les 113 mégawatts de capacité à mettre à la disposition du réseau national d’alimentation, la SNEL fournira au projet de cuivre Kamoa-Kakula 100 mégawatts pouvant faire fonctionner la phase initiale de la mine Kamoa.

Pour rappel, ce projet de cuivre de Kamoa-Kakula, une joint-venture entre Ivanhoe Mines, Zjin Mining Group Co., Ltd. et le Gouvernement de la RDC, a été présenté au 3ème Forum de Géosciences de la Faculté de l’Université de Kinshasa qui s’est tenu en début de semaine dans la capitale congolaise.

Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement