Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : News Forum initie une table ronde sur l’enrôlement des électeurs dans les zones en proie à l’insécurité

Avatar of La Rédaction

Published

on

images 28

Le 24 décembre 2022, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) va procéder aux opérations d’identification et enrôlement des électeurs. Occasion pour News Forum en collaboration avec Internews de réfléchir, avec toutes les parties prenantes aux élections, sur cette opération dans les zones à risque. Il s’agit notamment de la cité de Kwamouth et la partie Est de la RDC en proie à des troubles à répétition.

Le débat a tourné autour des questions suivantes : est-ce que les électeurs habitant ces parties du pays seront-ils enrôlés ?Quelles mesures prises par la CENI pour les enrôler?

Le calendrier étant déjà établi, il ne reste à la CENI qu’à passer aux actes. Première étape importante, c’est notamment l’opération d’identification et enrôlement des électeurs. Seulement les électeurs et les députés élus dans des zones en proie à l’insécurité sont inquiets. Une inquiétude qui se fonde sur les mesures prises par la CENI pour assurer en toute sérénité cette étape du scrutin.

Parmi les quatre intervenants à ce News Forum organisé par Actualités.cd, le Professeur Germain Kuna, expert électoral, se dit optimiste.

« Il est bien possible que malgré la situation d’insécurité qui prône dans ces zones, d’organiser l’opération d’enrôlement d’électeurs.
L’hypothèse du départ est tel qu’on ne peut pas le faire à cause de l’insécurité. Mais je suis d’avis que ces difficultés doivent être transformées et appréhendées pour des solutions qui serviront encore dans le futur.
Partant de ce problème, il y a un comité de sécurisation des élections dont la mission est de nous fournir des résultats escomptés. », a-t-il souligné tout en se posant la question « que faire pour que l’insécurité n’ait pas une incidence sur les élections ?

Deuxième intervenante, Madame Pélagie Makiedika, experte électorale et Présidente de l’ONG « Cause Rurale », ne partage pas cet optimisme.

Pour cette experte électorale, la CENI doit bien étudier certaines questions qui semblent cruciales. Elle estime que la crise de l’Ouest (Kwamouth) a été très mal gérée en ce sens que des sites qui servaient d’hébergement pour les déplacés, sont fermés. Ce qui constitue un risque de perte d’électeurs.

En effet, la loi stipule que dans de telles situations, la CENI va considérer les lieux de familles d’accueil comme étant les adresses de ces électeurs déplacés.

Madame Pélagie Makiedika invite la CENI à étudier minutieusement la question des personnes bloquées dans la forêt. Son souhait est qu’une équipe de la CENI les suive dans ces forêts pour leur permettre de s’enrôler car la carte d’électeur est considérée comme une pièce d’identité.

Enfin, la situation des femmes, jeunes filles et personnes vivant avec une mobilité réduite doit être prise en compte.

Troisième intervenant, Guy Mosomo, député national et élu de Kwamouth, craint que Kwamouth perde son siège.

Et selon les dires de sa base de Kwamouth, la population se dit non prête pour cette opération d’inscription à l’enrôlement. Aussi, cette cité de 10 000 personnes compte à peine 2 000 personnes. Le village se vide et la population va occuper des zones environnantes.

Dernier intervenant, Me Dave Banza, Directeur de cabinet adjoint du Président de la CENI, a rassuré que son institution prend en compte toutes ces préoccupations.

« Au niveau de la CENI, lorsque nous parlons de l’insécurité, nous voyons comment prendre en charge les effets de l’insécurité. Nous pensons à comment enrôler ces déplacés de guerre qui se retrouvent dans des camps de déplacés. A ce jour, le pays compte 6 millions de déplacés internes. », a a affirmé Me Dave Banza.

Et de préciser que s’agissant de cette sécurisation, il faut penser aux électeurs, aux personnels de la CENI ainsi qu’aux matériels.

D’après le calendrier publié, le 26 novembre 2022, par la CENI, trois dates sont à retenir pour l’opération d’enrôlement et identification des électeurs :

• D’abord du 24 décembre 2022 au 23 janvier 2023 : identification et enrôlement des électeurs dans les provinces de l’Aire opérationnelle 1;

• Ensuite, du 25 janvier 2023 au 23 février 2023 : identification et enrôlement des électeurs dans les provinces de l’Aire opérationnelle 2;

• Enfin, du 16 février au 17 mars 2023 : identification et enrôlement des électeurs dans les provinces de l’Aire opérationnelle 3.

Nadine FULA

Advertisement

Edito

ZoomEco TV