Quantcast
Connect with us

a la une

Journée mondiale de lutte contre la corruption, il y a nécessité de bannir la tromperie et la malhonnêteté

Published

on

Le monde célèbre ce vendredi 9 décembre 2016, la Journée internationale de la lutte contre la corruption sous le thème : Unis contre la corruption pour le développement, la paix et la sécurité. Les Nations Unies mènent une campagne qui met l’accent sur la corruption comme un des principaux obstacles à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD).

La corruption est un phénomène social, politique et économique complexe, qui touche tous les pays. Elle sape les institutions démocratiques, ralentit le développement économique et contribue à l’instabilité gouvernementale.

Prédateur du développement
La corruption s’attaque aux fondements des institutions démocratiques en faussant les élections, en corrompant l’État de droit et en créant des appareils bureaucratiques dont l’unique fonction réside dans la sollicitation de pots-de-vin.

Elle ralentit considérablement le développement économique en décourageant les investissements directs à l’étranger et en plaçant les petites entreprises dans l’impossibilité de surmonter les « coûts initiaux » liés à la corruption.

« […] réaffirmons notre engagement à mettre fin à la tromperie et à la malhonnêteté qui menacent la mise en œuvre du Programme 2030 et nos efforts visant à instaurer la paix et à assurer la prospérité de tous, sur une planète en bonne santé », a déclaré Ban Ki-moon, le Secrétaire général de l’ONU à l’occasion de cette célébration.

Pour marquer la Journée de 2016, l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a mis au point une campagne de grande envergure axée sur les différents ODD et sur comment la lutte contre la corruption est essentielle pour les atteindre.

A RE(LIRE) : RDC : Corruption, les grandes lignes de la dénonciation présidentielle

En République Démocratique du Congo, tous les mécanismes de lutte notamment, l’Inspection Générale des Finances, la Cour des Comptes, l’Observatoire de Surveillance de la Corruption et de l’Ethique Professionnelle (OSCEP),la justice…y compris le conseiller spécial du chef de l’Etat en matière de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption sont à pied d’oeuvre. Mais les résultats de leur travail suscitent interrogation dans l’opinion congolaise. Des efforts restent à fournir.


Zoom Eco


A RE(LIRE) :
RDC : Luzolo Bambi accuse le PGR à J. Kabila pour obstruction à ses missions

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito