Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Une Commission spéciale instituée pour régler le problème des embouteillages à Kinshasa

Published

on

Le Vice-Premier Ministre, Ministre des Transports et voies de communications, José Makila Sumanda, a mis en place une commission chargée d’étudier les voies et moyens pour résoudre tant soit peu le problème d’embouteillage à travers les artères de la ville de Kinshasa, au cours d’une réunion qu’il a présidé vendredi 27 janvier à Kinshasa.

Le Ministre provincial des transports de l’exécutif provincial de Kinshasa, Godard Motema, est désigné Président de cette commission. Le Commissaire provincial de la Police nationale Congolaise pour la ville de Kinshasa, Célestin Kanyama et les Directeurs généraux de la Commission nationale de la prévention routière (CNPR), de l’Office des voiries et drainage et du Fonds national d’entretien routier (FONER), de l’Agence Congolaise des grands travaux (ACGT) et du représentant de l’Association congolaise des chauffeurs (ACCO) font partie de cette commission, a indiqué l’ACP.

Ils ont été chargés de présenter, dans 48 heures, des propositions concrètes, susceptibles de résoudre cette problématique des embouteillages.

En luminaire, trois causes ont été identifiées comme facteurs principaux des embouteillages dans la ville de Kinshasa notamment la formation de conducteurs, la problématique des engins en circulation et l’état de délabrement actuel des voiries urbaines de la capitale.

Les participants ont, en l’urgence, formulé des recommandations jugées nécessaire pour atténuer l’ampleur des embouteillages.

Il s’agit notamment de veiller à l’octroi des permis de conduire en ne délivrant le permis qu’à un candidat qui remplit les conditions requises. Il a été également demandé à la CNPR de présenter la liste exhaustive de tous les centres de formation des conducteurs (Auto école) opérant dans la ville de Kinshasa. Le FONER a été chargé de financer en urgence la réhabilitation des routes dites primaires en tenant compte de leur priorité. A la Police Nationale Congolaise, il a été suggéré le déploiement des éléments qualifiés sur les artères en vue de réguler la circulation routière.

Toutefois, des analystes avertis sont d’avis qu’il est nécessaire de restaurer la sanction sur la route et de l’appliquer dans toute sa rigueur. Cela implique que les contreventions soient taxées conséquemment et que ces fonds soient non seulement orientés vers les caisses de l’Etat et gérés en toute transparence.

Bien au-delà, il est plus qu’impérieux que ce genre de réflexions des responsables du secteur soient élargi aux scientifiques et autres experts attitrés afin d’élaborer un plan global de gestion des embouteillages dans les grandes agglomérations de la RDC. Gage d’une solution durable !

Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito