Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : L’ARPTC lance la traque contre les téléphones mobiles contrefaits dès le 24 septembre 2020

Published

on

RDC : L'ARPTC lance la traque contre les téléphones mobiles contrefaits dès le 24 septembre 2020

La République démocratique du Congo est déterminée à combattre la contrefaçon dans le domaine de la téléphonie cellulaire sur son territoire.

Dès le 24 septembre 2020, les téléphones contrefaits ne pourront plus avoir accès au réseau télécoms du pays. Dans cette optique, les analystes indiquent que le système d’enregistrement des appareils mobiles qui entrera en fonction, sous le pilotage du régulateur des télécoms (ARPTC), aura pour but de les identifier et de les bloquer. C’est ce qu’a annoncé le gouvernement de la République à travers le ministère des Postes, Télécommunications, Nouvelles technologies de l’information et de la communication (PT-NTIC) qui fait état de la mise en fonction du système d’enregistrement des appareils mobiles pour le 24 septembre 2020.

« L’un des objectifs majeurs du système d’enregistrement des appareils mobiles est la lutte contre la contrefaçon des appareils mobiles, omniprésente en RDC. Ce système reconnaîtra les appareils contrefaits et non conformes et bloquera leur accès au réseau au terme d’une longue période de grâce. La déconnexion de ces appareils profitera à tous les utilisateurs, via une amélioration sensible de la qualité du réseau », indiquent les sources internes du ministère de PT-NTIC.

En plus de moderniser le secteur des télécoms, soulignent les experts, cette solution de sécurité dont la gestion est confiée à l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications du Congo (ARPTC), ouvre la voie à d’autres projets déjà en phase de développement, notamment dans les domaines de l’e-gouvernance et de l’accès aux nouvelles technologies.

Les spécialistes renseignent que le système d’enregistrement, qui est une base des données regroupant l’ensemble des numéros d’identité internationale des appareils mobiles connectés sur le réseau congolais, permettra de limiter le marché des appareils mobiles contrefaits dont « l’utilisation constitue un danger réel pour la santé des congolais à cause des fortes doses de plomb, pouvant donner lieu à des infections et à des problèmes cardiovasculaires ».

Olivier Kamo

Advertisement

Edito