Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Sécurité routière, l’Etat signe avec Syntell un contrat de 10 millions USD

Published

on

Le gouvernement congolais a signé, samedi 6 août à Kinshasa, un contrat de partenariat avec la société sud-africaine Syntell. Le conseiller du ministre des Transports, Richard Makwala qui a présenté ce projet a indiqué à Radio Okapi que cette collaboration permettra de moderniser le trafic routier en République démocratique du Congo. Coût global du projet : 10 millions USD préfinancés par la société Syntell.

Selon Richard Makwala ce projet vise à assurer une meilleure gestion du trafic routier, renforcer la gestion informatisée de la prévention et la sécurité routière et à améliorer le recouvrement au profit du gouvernement des contraventions routières.

La RDC pourrait ainsi améliorer la circulation routière et avoir la maitrise de l’accidentalité.

« Le projet entre la RDC et l’entreprise Syntell permettra aussi : la mise en place d’une banque des données fiables des propriétaires des véhicules, l’amélioration des équipements de signalisation routière par la Commission nationale de prévention routière et la création d’emploi », apprend – t – on.

A en croire la même source, les dix millions de dollars américains constituant le coût global du projet ont été préfinancés par la société Syntell. Cette dernière entend se faire rembourser avec les recettes issues des contraventions routières et autres issues de la circulation routière.

« Syntell va utiliser l’informatique pour la gestion des embouteillages, des contraventions, des infractions, en temps réel », a expliqué le Président de la Commission Nationale de Prévention Routière, Val Manga sur Radio Okapi.

Selon lui, ce contrat signé avec l’entreprise sud-africaine permettra notamment d’infliger plus facilement des amendes aux usagers qui commettent des infractions sur les routes.

Sans nul doute, pensent certains observateurs, il y a lieu de tout mettre en œuvre pour que cette initiative ne soit plombée par l’incivisme routier caractérisé par la mauvaise conduite des usagers et le laxisme de certains agents qualifiés qui ferment les yeux au nom de « Madesu ya bana ».

Au demeurant, le secteur routier est considéré une véritable industrie, capable de mobiliser des recettes du trésor public. En France, les amendes générées en 2015 dans le secteur routier se sont évaluées à plus d’un milliard six cent millions de dollars américains. En Belgique, elles ont été de 445 millions d’Euros et de 150 millions USD à Johannesburg.

Il y a donc opportunité à saisir !

RO/Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito