Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : la ministre de l’Economie exige de Jaques Kyabula de mesures contre la spéculation !

Published

on

Face à la spéculation non expliquée dans la province du Haut-Katanga notamment dans la fixation de prix du sac de farine de maïs de 25 kg, la ministre de l’Economie, Acacia Bandubola a donné des orientations claires au Gouverneur de province, afin que celui-ci fasse exécuter la loi en matière de fixation des prix.

Face à la spéculation non expliquée dans la province du Haut-Katanga notamment dans la fixation de prix du sac de farine de maïs de 25 kg, la ministre de l’Economie, Acacia Bandubola a donné des orientations claires au Gouverneur de province, afin que celui-ci fasse exécuter la loi en matière de fixation des prix.
Dans une correspondance adressée au chef de l’exécutif du Haut-Katanga le vendredi 20 mars, Acacia Bandubola demande à Jaques Kyabula de prendre des meures nécessaires afin de stopper cette hémorragie. Un appel a également été lancé au Président de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) à s’impliquer dans cette démarche, en sensibilisant ses membres.

« Compte tenu de la gravité de la situation, je vous demande de prendre toutes les mesures nécessaires, avec le concours des services de la Division Provinciale de l’Economie du Haut-Katanga, afin d’appliquer dans la mesure du possible, les dispositions de la loi organique n°18/020 du 19 juillet 2018 relative à la liberté des prix et à la concurrence qui stipulent qu’en cas de la rupture de l’équilibre du marché qui entraine une hausse excessive des prix, le gouvernement fixe les prix des biens et services même dans les secteurs où les prix sont libérales », a instruit la ministre de l’Economie.
Et d’ajouter : « un contrôle rigoureux des prix doit être opéré afin de remettre les prix de la farine de maïs à son niveau initial et de sanctionner les opérateurs véreux qui pratiquent des prix illicites ». La ministre demande également que l’on veille à l’approvisionnement régulier de la province en farine de maïs.
Au Président de la FEC, la ministre demande à ce qu’il puisse « sensibiliser ses membres afin qu’ils soient solidaires au Gouvernement de la République et à la population, en adoptant une attitude responsable dans la pratique des affaires pendant cette période où notre pays est confronté à une crise sanitaire grave qui nécessité les efforts de tous et de chacun pour vaincre la pandémie ».
Dans la province du Haut-Katanga, le prix du sac de farine de maïs de 25 kg est passé, du 18 au 19 mars, de 34.000 francs à 80.000 francs congolais à Lubumbashi ; de 36.000 francs à 60.000 francs congolais à Likasi et de 26.000 francs et 68.000 à Kasumbalesa. Au même moment, le produit pourtant très prisé par les consommateurs locaux se fait de plus en plus rare.
« Cette hausse vertigineuse des prix dans un temps record ne trouve aucune justification plausible. Par contre, elle interpelle chaque responsable sur ce comportement spéculatif adopté par les opérateurs économiques qui offrent ce produit à la population », a fait remarquer la ministre de l’Economie.

Olivier Kamo

Advertisement

Edito