Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Corneille Nangaa appelé à justifier les fonds électoraux perçus de 2016 à Mars 2017

Published

on

RDC : Corneille Nangaa appelé à justifier les fonds électoraux perçus de 2016 à Mars 2017

La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a reçu du Gouvernement, sur ressources propres, une somme de 198 353 439,15 USD sur les prévisions totales de 328 042 328,04 USD, soit un taux d’exécution de 60,46% pour la période allant de Janvier 2016 à Mars 2017. L’ODEP et l’AETA demandent aux parlementaires de faire un audit financier interne et externe sur l’affection de ces fonds électoraux.

Dans un mémorandum adressé aux Députés et Sénateurs, ces deux structures de la Société Civile constatent que l’exécution de ses dépenses, la CENI a accordé plus d’importance aux dépenses de fonctionnement et des interventions économiques avec d’énormes taux de dépassements des crédits.

« Comme dans le Budget 2016, les dépenses liées aux interventions économiques, sociales, scientifiques et culturelles sont toujours exécutées à hauteur de 930 000 000,00 CDF sur une prévision de 90 782 156,00 CDF, soit 1 024,43%, alors que les interventions économiques, sociales, scientifiques et culturelles ont un caractère ponctuel. Même les dépenses de fonctionnement ont été exécutées en dépassement de 641,85% », révèle le Mémorandum.

Face à cette réalité, les signataires redoutent que cette mauvaise affectation des fonds sur la rémunération favorise la corruption dans le processus électoral. D’où, la nécessité pour la CENI de préciser les contenus du paquet affecté aux interventions économiques, sociales, scientifiques et culturelles.

Toutefois, le Gouvernement devrait mobiliser environs 720 millions USD au cours de cette année pour permettre à la CENI de finaliser le processus de révision du fichier et d’organiser les trois premiers scrutins combinés.

L’ODEP et l’AETA ont recommandé aux parlementaires d’élaborer un budget réel, réaliste et crédible pour permettre la tenue des élections conformément à l’accord du 31 Décembre 2016 ; d’amener la CENI à publier un calendrier électoral réel et réaliste, avec un budget détaillé pour permettre au Gouvernement et aux partenaires extérieurs de financier les opérations électorales ; et, de veiller au comportement du Gouvernement dans le décaissement de fonds alloués aux opérations électorales et initier un contrôle permanent sur l’exécution du Budget de la CENI.

La mise en place d’un mécanisme de suivi et évaluation dans l’exécution du Budget de la CENI, s’avère nécessaire pour accroître la transparence et la crédibilité dans dépenses allouées aux opérations électorales.

Zoom Eco

A RE(LIRE):

RDC : Le Gouvernement explore des options pour financer les élections sans freiner le développement 

RDC : 10% du projet du Budget 2017 prévus pour les élections !

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito