Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : exécution partielle du budget 2018, les chiffres de Bruno Tshibala !

Published

on

Le premier ministre, Bruno Tshibala a présenté aux élus du peuple un rapport provisoire de l’exécution du budget 2018 au premier semestre. Il l’a fait lors de plénière de présentation des grandes lignes du projet de loi sur les finances publiques de l’exercice 2019. Zoom Eco revient, ci-dessous, sur quelques chiffres contenus dans ce Rapport :

En ce qui concerne l’exécution du budget au premier semestre 2018, les statistiques provisoires renseignent un niveau des recettes réalisées de 4 219,7 (quatre mille deux cent dix-neuf milliards sept cent millions) de francs congolais contre des dépenses de l’ordre de 3 643,8 (trois mille six cent quarante-trois milliards huit cents millions) de francs congolais, soit un solde positif de 575,9 (cinq cent soixante-quinze milliards neuf cents millions) de francs congolais.

Les recettes recouvrées au cours du premier semestre connaissent un taux de réalisation de 81,5% et les dépenses de 70,4%.

Les réalisations des recettes sont ventilées par grande masse de la manière suivante :

– Recettes du budget général : 3 907,9 (trois mille neuf cent sept milliards neuf cents millions) de francs congolais contre une prévision linéaire de 4 463,9 (quatre mille quatre cent soixante-trois milliards neuf cent millions) de francs congolais, soit un taux de réalisation de 87,5% ;

– Recettes des budgets annexes : 56,3 (cinquante-six milliards trois cents millions) de francs congolais contre une prévision linéaire de 458,6 (quatre cent cinquante-huit milliards six cent millions) de francs congolais, soit un taux de réalisation de 12,3% ;

– Recettes des comptes spéciaux : 255,4 (deux cent cinquante-cinq milliards quatre cent millions) de francs congolais contre une prévision linéaire de 254 (deux cent cinquante-quatre milliards) de francs congolais, soit un taux de réalisation de 100,5%.

Les recettes du budget général sont constituées des recettes internes courantes de 3 634,3 (trois mille six cent trente-quatre milliards trois cents millions) de francs congolais et des recettes extérieures de 273,6 (deux cent soixante-treize milliards six cents millions) de francs congolais, réalisées respectivement à 108,8% et 24,3%.

La performance dans la mobilisation des recettes courantes a été particulièrement observée au niveau des recettes des impôts et des recettes non fiscales.

Concernant les recettes des impôts, cette performance découle notamment de la poursuite de la hausse des cours du cuivre et du cobalt sur le marché international, du recouvrement des avances et des acomptes provisionnels auprès des sociétés minières ainsi que de l’effort de recouvrement de la taxe sur la valeur ajoutée et de l’impôt professionnel sur le revenu.

En ce qui concerne les recettes non fiscales, la performance tire sa source de la vente des Licences d’exploitation 4G pour un montant de 68,2 (soixante-huit milliards deux cents millions) de francs congolais, du paiement d’un pas de porte de 16,6 (seize milliards six cent millions) de francs congolais par l’exploitant minier Shiming Mining et des droits proportionnels sur l’augmentation du capital social de la société KCC de 89,2 (quatre-vingts neuf milliards deux cents millions) de francs congolais.

Quant aux dépenses, leur exécution se présente en grandes masses comme suit :
– Dépenses du budget général : 3 332 (trois mille trois cent trente-deux milliards) de francs congolais contre une prévision linéaire de 4 463,9 (quatre mille quatre cent soixante-trois milliards neuf cent millions) de francs congolais, soit un taux d’exécution de 74,6%.

Leur exécution renseigne les statistiques ci-après :
– Dette publique et frais financiers : 73,6% ;
– Rémunérations : 99 % ;
– Biens, matériels et prestations : 127,9% résultant des frais de fonctionnement des Institutions et des Ministères de 132,9% et 131,4% d’exécution, respectivement ;
– Transferts et subventions : 68 % ;
– Dépenses d’investissement : 33,5%.
– Dépenses exceptionnelles : 70,5%.

Les principales actions menées par le gouvernement au cours du premier semestre 2018 ont porté notamment sur :
– le financement des opérations électorales ;
– l’alignement de 860 médecins au salaire et à la prime de risque, de 545 cadres et agents des structures standards à la prime spécifique spéciale et de 350 administrateurs civils à la prime permanente;
– la mécanisation au traitement de base de 350 médecins, de 17,582 policiers et de 11 377 recrues des FARDC ;
– la mise en application du protocole d’accord du 10 septembre 2017 entre le gouvernement et l’intersyndical de l’EPSP et le SECOPE ;
– l’application du protocole d’accord entre le Gouvernement et le personnel du corps académique, scientifique et administratif de l’Enseignement Supérieur et Universitaire ;
– la construction, la réhabilitation et l’équipement des centres de santé à travers la mise en œuvre du projet d’équipement des structures sanitaires, (PESS) ;
– le transfert au titre de fonctionnement des provinces ;
– la riposte à l’épidémie à virus Ebola dans la province de l’Equateur ;
– l’adduction en eau potable dans les zones périurbaines et en provinces ;
– l’appui du gouvernement à l’organisation de la table ronde des bailleurs en vue de mobiliser les ressources pour la province du Tanganyika ;
– la contrepartie congolaise sur les travaux de construction de l’INPP Lubumbashi ;
– le parachèvement des travaux de réhabilitation de l’immeuble Ubangi à la place Le Royal ;
– le fonctionnement des ambassades et consulats de la RDC ;
– la participation de la RDC aux rencontres sportives internationales.

Pour ce qui est des dépenses des budgets annexes et des comptes spéciaux, elles ont été exécutées en équilibre avec les recettes correspondantes.

Par ailleurs, il y a lieu de noter que les projections à fin décembre 2018 situent les recettes à 7 816,5 (sept mille huit cent seize milliards cinq cents millions) de francs congolais et les dépenses à 7 733,7 (sept mille trente-trois milliards sept cents millions) de francs congolais.

Ce qui dégagerait un solde global positif, à la clôture de cette année, de 82,8 (quatre-vingts deux milliards huit cents millions) de francs congolais.

Michel IFAKA | Zoom Eco

Sur le même sujet :

RDC : Tshibala présente le projet du Budget 2019 aux élus ce mardi

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito