Connect with us

a la une

RDC : la jeunesse UDPS préconise un audit des structures étatiques

Published

on

RDC : la jeunesse UDPS préconise un audit des structures étatiques 1

La jeunesse de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) a recommandé au chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi de diligenter un audit général des entités étatiques et entreprises publiques. Objectif : boucher les trous du coulage des recettes et permettre à l’Etat de mobiliser plus de moyens de sa politique.

Dans un mémorandum, la jeunesse de l’UDPS évoque la préférence d’un cabinet d’audit externe de renom pour produire un travail professionnel et indépendant.

En ce qui concerne les entités étatiques, cet audit préconisé portera sur la revue de circuits de leurs recettes ou financement, l’analyse de leurs chaînes des dépenses et l’identification de tout circuit parallèle de destination de fonds.

Quant aux entreprises publiques, l’État des lieux aura pour objectif de faire un inventaire du patrimoine immobilier, d’analyser des ventes et des expropriations immobilières de dix (ou cinq) années dernières, d’analyser des contrats majeurs en cours ainsi que leurs flux majeurs de dépenses.

« L’audit proposera également des recommandations majeures pour améliorer la situation de ces entités et les rendre performantes et rentables pour participer à la croissance nationale», indiquent les signataires de ce document parvenu à la Rédaction de Zoom Eco.

Ils restent convaincu que si Félix Antoine Tshisekedi arrivait à mettre en place un tel audit de diagnostic, il aura les clés en mains pour lancer son plan de réformes, légitimer ses décisions grâce au caractère indépendant et professionnel des recommandations, et identifier les éléments clés dans le choix des animateurs des entités étatiques et entreprises publiques.

Autre avantages évoqués, c’est le fait d’améliorer la contribution des entités publiques au budget national.

RDC : la jeunesse UDPS préconise un audit des structures étatiques 2

C’est ainsi que le nouveau chef de l’État pourrait réussir à donner les signes de changement que le peuple attend.

« Le mandat de cinq ans est trop court et ne suffira pas pour réaliser le changement qu’attend le peuple. Cependant, notre peuple sera capable de comprendre cela si seulement elle arrive à trouver les signes de bonne foi et la volonté ferme de changer les choses et son quotidien. Dans peu de temps, les critiques commenceront et les cents jours du président de la République justifieront cela», alertent-ils.

En rappel, ce mémorandum déposé au cabinet du président de la République le 11 février 2019 est co-rédigé par Ted Beleshayi, secrétaire exécutif de la Ligue des jeunes de l’UDPS et Laurent Munzemba, candidat député du même parti politique.

Émilie MBOYO | Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :