Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Les recettes de l’état atteignent leur niveau le plus bas !

Published

on

Les recettes publiques de la RD Congo connaissent une baisse historiquement inquiétante. Selon la Troïka stratégique qui s’est réuni mardi, le niveau des recettes probables à réaliser pour ce mois est de 233 milliards des francs congolais. Ce montant représente le niveau des recettes le plus bas que le pays ait réalisé depuis 5 ans. Entre – temps, le Franc Congolais a atteint un taux de dépréciation de 21% depuis le début de l’année alors que les réserves de change continuent à fondre comme neige au soleil.

La situation économique et financière du pays continue à se dégrader au point de s’écrouler comme un château de sable suite au vent de la crise internationale. « Tout se révèle aujourd’hui que la gouvernance économique du Premier Ministre Matata Ponyo à la tête du gouvernement des technocrates n’était que du cosmétique. Sinon, notre économie allait être plus résiliente pour faire face à ce choc exogène », commente un observateur.

Croissance en baisse
Les estimations préliminaires de la croissance, sur la base des réalisations de production au premier semestre, sont établies à 4,3% contre une prévision de 5,3%. Le rapprochement de ces deux indications suggèrerait la mise en œuvre d’une politique économique expansive.

« Cette possibilité est cependant contrainte par le potentiel de risque inflationniste attribuable principalement à l’accélération persistante de la dépréciation de la monnaie nationale causée notamment par la baisse brutale et imprévue des cours de matières premières », indique la Troïka qui estime que l’inflation, au regard des réalisations à la deuxième semaine du mois en cours, s’établirait à 4,9 % contre un objectif de 4,2%.

Taux de dépréciation, 21%
Le marché de change est marqué par la dépréciation persistante de la monnaie nationale. Au parallèle, le cours de change vendeur est établi à 1.194,2 CDF/ le dollar américain en moyenne. Comparé au cours de 940 FC du 31 décembre 2016, il se dégage une dépréciation de 21,3% de la monnaie nationale.

« Pour lutter contre le risque de dérive inflationniste, le taux directeur est à 7% l’an depuis la dernière modification du 28 septembre 2016. Les coefficients de réserve obligatoire pour les dépôts à vue et à terme en devises viennent d’être portés 13% et 12% respectivement contre 10% et 9% », annonce la Troïka.

Les réserves de change sont situées à 926,7 millions d’USD, correspondant à 4,1 semaines d’importations des biens et services alors qu’elles étaient à 1.385,63 millions USD, couvrant 6,12 semaines d’importations au 21 janvier 2016.

Baisse des recettes publiques

Au 14 octobre, le solde général des opérations financières de l’État, intégrant l’amortissement de la dette, s’établit, depuis le début de l’année, à 323,6 milliards de FC. « Sur le mois, les réalisations probables des recettes sont situées à 233 milliards de FC, l’un de niveaux le plus faible depuis cinq ans », révèlent les chiffres de la Troïka stratégique.

Pour atteindre un déficit zéro au cours de ce mois, préconise la Troïka, les dépenses doivent être plafonnées aux rémunérations représentant environ 70% des recettes et à d’autres dépenses contraignantes.

Il y a lieu de se poser des bonnes questions pour identifier les vraies causes de cette faible mobilisation des recettes de l’Etat pour non seulement prendre des bonnes décisions mais surtout de les appliquer avec rigueur.

Zoom Eco

A RE(LIRE) :
RDC : Finances publiques, les indicateurs sont au rouge !

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito