Quantcast
Connect with us

a la une

Afrique : les opérations non souveraines de la BAD pour le secteur privé ont augmenté de 40 % en cinq ans (Akinwumi Adesina)

Published

on

Afrique : Les opérations non souveraines de la BAD pour le secteur privé ont augmenté de 40 % en 5 ans (Akinwumi Adesina)

Durant le premier mandat d’Akinwumi Adesina au poste de président de la Banque africaine de développement (BAD), les opérations non souveraines pour le secteur privé ont augmenté de 40 %, passant de 1,5 milliard de dollars en 2015 à 2,1 milliards de dollars en 2019. Le plus haut niveau ayant été atteint en 2016, avec un montant de 2,5 milliards de dollars.

Ces statistiques ont été fournies par le président réélu de la BAD, Akinwumi Adesina, au cours de l’investiture pour un second mandat. « Depuis la COP 21 à Paris, nous avons pris en compte le climat dans nos opérations. Le financement de la Banque pour le climat est passé de 9 % lorsque vous m’avez élu en 2015 à 36 % en 2019, soit une augmentation de 400 %. Nous avons maintenant pour objectif d’atteindre 25 milliards de dollars de financement climatique d’ici 2021 », a-t-il ajouté.

Pendant la même période, les performances réalisées par la Banque africaine de développement (BAD) ont constitué un motif de satisfaction pour le président de la BAD, Akinwumi.

Pour lui, depuis qu’il a été élu pour la première fois à la présidence de cette institution, il a eu à tracer, ensemble avec ses collaborateurs, « une nouvelle voie pour l’Afrique, qui a fait naître un espoir plus fort pour le développement du continent ».

Pendant cette période, les cinq grandes priorités – High 5 – de la BAD (Éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie ; Nourrir l’Afrique ; Industrialiser l’Afrique ; Intégrer l’Afrique ; et Améliorer la qualité de vie des populations africaines) qui ont été définies pour accélérer le déploiement de la stratégie décennale, ont été mises en œuvre avec détermination, diligence et rigueur.

Dans son mot de circonstance, le président de la BAD s’est félicité du fait que « les High 5 sont déployés sur le continent et sont devenus incontournables pour accélérer le développement de l’Afrique. Le PNUD a notamment indiqué que la concrétisation de ces cinq grandes priorités permettrait de réaliser 90 % des ODD et de l’Agenda 2063 de l’Union africaine ».

Il faut noter qu’au cours des cinq dernières années, la BAD a obtenu des résultats exceptionnels au titre de ces High 5, notamment :

  • 18 millions de personnes ont été raccordées au réseau électrique ;
  • 141 millions de personnes ont bénéficié de technologies agricoles améliorées pour la sécurité alimentaire ;
  • 15 millions de personnes ont bénéficié d’un accès à des financements provenant d’investissements privés ;
  • 101 millions de personnes ont bénéficié d’un accès à des infrastructures de transport améliorées ;
  • 60 millions de personnes ont bénéficié d’un accès à l’eau et à l’assainissement, etc.

« Nous avons obtenu des résultats impressionnants. Le programme des High 5 de la BAD a eu un impact sur la vie de 335 millions de personnes. C’est ce que s’efforce de faire la Banque africaine de Développement – votre Banque – avoir un impact sur les populations », a renchéri le président de la BAD.

Rappelons par ailleurs qu’à l’issue des assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD), qui se sont achevées le jeudi 27 août dernier, le président Akinwumi Adesina a été reconduit à l’unanimité pour un deuxième mandat de cinq ans. Cet ancien ministre nigérian de l’agriculture (2011-2015) était le seul candidat en lice.

Olivier KAMO

Advertisement

Edito