Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : lutte contre le blanchiment des capitaux, l’ACB s’engage à relever le niveau d’exigences

Published

on

L’association congolaise des banques (ACB) plus que déterminée à renforcer les mécanismes de lutte contre le blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme ainsi qu’à se conformer aux sanctions financières internationales (américaines et européennes) imposées à certaines personnalités la RDC. Pour ce faire, elle a arrêté une série de mesures qui doivent désormais s’appliquer.

Dans ce processus, les Etats-Unis d’Amérique sont disposés à leur apporter tout soutien technique afin de relever le niveau d’exigences.

Si l’ACB a une grande part de responsabilités pour emmener le pays à se conformer à ces exigences, elle a arrêté une série de mesures.

Il s’agit notamment de jouer le rôle de sensibilisateur des autorités congolaises sur ces sanctions. Elle a aussi l’obligation d’aider chacune de banques commerciales de relever les exigences contre le blanchiment de capitaux. Enfin, l’ACB est dans l’obligation de modifier son statut : désormais elle doit revêtir le caractère contraignant pour faire appliquer toutes les exigences requises. Car, il en va de la crédibilité vers engagements avec les Etats-Unis, a indiqué le président des banquiers congolais, Yves Cuypers.

La prise de ces mesures intervient un mois après une mission effectuée par une délégation de l’ACB aux Etats-Unis d’Amérique, soit du 10 au 12 juin 2019. L’annonce a été faite au cours d’une conférence de presse tenue ce 3 juillet 2019 à l’Académie de la BCDC.

«  Cette mission est intervenue deux ans après la première. Ainsi, la délégation a rencontré le secrétaire d’Etat américain, les départements du Commerce et du Trésor américain. Objet de la mission, échanger sur les sanctions internationales qui pèsent sur la RDC, à travers quelques citoyens congolais », a précisé Yves Cuypers.

A l’issue de cette rencontre, les autorités américaines, qui sont prêtes à soutenir l’économie de la RDC, leur ont demandé de répondre à certaines exigences. Il s’agit notamment de :

  1. Renforcer la conformité aux lois nationales et internationales dans toutes les banques commerciales du pays;
  2. Appliquer sans réserves ces sanctions internationales ;
  3. Mettre en place de dispositifs en matière de sanctions et applications au risque que ces banques commerciales se voient privées de toutes transactions avec les banques internationales ;
  4. Faire auditer leur programme.

A RE(LIRE) : les trois défis majeurs des banques commerciales !

La délégation qui a effectué cette mission était composée de Yves Cuypers (président de l’ACB), Célestin Tshibwabwa (secrétaire général de l’ACB), Oliver Meisenberg (directeur général de la TMB) et Willy Mulamba (directeur général de City Group.)

Nadine FULA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito