Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : ARCA bénéficie de l’appui étatique pour mettre fin à l’évasion des primes d’assurances

Published

on

L’Autorité de régulation et de contrôle des assurances (ARCA) est plus que déterminée à mettre fin à l’évasion des primes de la Rd Congo. Pour ce noble objectif, elle bénéficie d’un soutien total du chef de l’Etat et du Gouvernement. Cela a été manifesté au cours de deux réunions du Conseil des ministres tenues récemment.

« Je tiens à vous réitérer l’engagement ferme du Régulateur de mettre fin à l’évasion des primes, conformément à la Loi en son article 286 et en exécution de la résolution du Gouvernement, en la matière », a déclaré le directeur général au. de l’ARCA, Alain Kaninda, au cours d’une séance de restitution de l’appui gouvernemental pour le développement du secteur des assurances.

Appui étatique au secteur des assurances

En effet, Félix Antoine Tshisekedi tient à voir le secteur des assurances se développer dans les pleines conditions de concurrence loyale, équitable et profitable. Une action qui passe notamment par lutte contre la fuite  de primes d’assurances et l’application de tarifs de référence en vue de contribuer au dynamisme du secteur.

« Ce travail a été lancé, au lendemain de la 50ème réunion du Conseil des ministres, mettant à contribution les experts de l’ARCA et les délégués des sociétés d’assurances. Il devrait être finalisé avant la fin du mois d’octobre 2020 », a-t-il rassuré à l’attention de ses interlocuteurs.

Pour le Régulateur, il s’agit d’un appel de l’Etat congolais à la participation à l’assainissement du marché, à la lutte contre l’évasion des primes, à la lutte contre l’illégalité.

A Alain Kaninda de préciser : « l’enjeu est de tout mettre en œuvre pour arrêter l’évasion des primes et de mener à bien le processus de libéralisation du secteur dont la charge nous est confiée. Cela implique une série de mesures dont il vous sera fait connaissance dans les jours qui viennent. »

Les assureurs congolais ont été ainsi invités à s’imprégner de cette résolution étatique et de se l’approprier totalement dans leurs efforts sur terrain de mobilisation des primes, mais aussi de développement du marché. 

« Il est important que vous puissiez vous constituer en porte-voix du Gouvernement, mais surtout en ambassadeur du secteur des assurances, un secteur que nous voulons sain », a insisté Alain Kaninda évoquant un engagement sans équivoque, et une marque de détermination sans retenue, dans la volonté d’assainissement du marché.

 

Lutte renforcée contre l’évasion de primes

Le Régulateur annonce avoir déjà élaboré un Programme de lutte contre l’évasion des primes et l’illégalité qui sera bientôt partagé aux assureurs afin d’y receuillir leurs contributions dans une démarche participative.

Si, de ce fait, le marché des assurances libéralisé de la RDC est suffisamment solide pour absorber les risques encourus par ses opérateurs économiques et par sa population, l’ARCA reste convaincue qu’il n’y a donc aucune raison valable pour souscrire des polices d’assurances à l’étranger pour des risques localisés au pays.

« Les assurés qui se prêtent encore à ce genre de pratique encours de lourde peine tel que repris dans l’articles 445 du Code des assurances, des amendes allant de 50% à 100% du montant des primes émises à l’extérieur », a prévenu le directeur général de l’ARCA.

La responsabilité des assureurs est dès lors engagée quant aux attentes du marché.

Ils sont conscients de leur obligation de se montrer digne de l’agrément ou des autorisations qui leur ont été octroyés, et de fournir des produits et services d’assurances rencontrant les standards internationaux, que ce soit à la souscription ou pour le paiement des sinistres.

Engagement des assureurs

Les opérateurs économiques du secteur des assurances en Rd Congo saluent l’appui de l’Etat à l’ARCA dans l’atteinte de ses objectifs visant la réalisation de missions lui assignées pour le développement du marché congolais.

« Nous soutenons cette action louable, et qui est dans l’intérêt notamment l’assuré. Nous avons la capacité financière de couvrir les risques de l’assuré. Nous avons la possibilité et les moyens pour indemniser en cas de sinistre. Il y a tout ce qu’il faut. L’écosystème  est là », a déclaré Tarik Lefriyek, directeur général de Rawsur Rd Congo.

De son côté, Godelive De Cordier de Sunu Assurances, a estimé que le secteur congolais des assurances est prometteur pour le développement du pays.

A elle d’insister : « nous sommes très demandeurs d’avoir l’appui aussi bien du Régulateur que du Gouvernement à rapatrier tout cet argent en RDC pour aider le pays à se développer. Nous comptons sur cet appui de l’Etat et nous sommes très heureux de cette rencontre de restitution. »

Patrice Buabua, directeur général adjoint de SFA, parle d’un soutien de taille que le Président de la République et le Gouvernement apportent au secteur des assurances liberalisé pour paralyser le système illégal nocif au développement vertueux.

« L’application stricte du Code à travers l’effectivité des assurances obligatoires est le seul moyen de dynamiser notre secteur. La  lutte contre l’évasion de primes et l’illégalité sur le marché permettront aux assureurs agréés de devenir plus dynamiques et de mettre sur eux une responsabilité d’améliorer l’expérience client en indemnisant les sinistres. C’est pour pousser l’ensemble de la population à adherer à ce mouvement de modernisation de notre secteur des assurances », a-t-il rassuré.

Le secteur des assurances attendait de pieds fermes cet appui gouvernemental pour des raisons évidentes.

A Vincent Mwepu, directeur général de Activa Rd Congo, de préciser : « C’est vrai que le secteur s’est liberalisé il y a peu, mais pour évoluer, on avait besoin de ces mesures fortes. Parce qu’on ne peut pas continuer dans un pays où la plupart de primes vont à l’extérieur alors qu’il y a un Code et une libéralisation acquis après 50 ans de monopole. Nous sommes très contents en tant qu’operateurs économiques et nous allons accompagner l’état dans ces mesures. »

A RE(LIRE) : le ministère des Finances appuie l’ARCA à renforcer la solidité et les performances du marché des assurances

Il y a lieu de rappeler que la prise en charge des questions liées au secteur des assurances est assurée par le ministre des Finances, Sele Yalaghuli, qui a porté plusieurs dossiers y relatifs au niveau du Conseil des ministres pour l’examen et l’adoption.

L’enjeu consiste, pour le Gouvernement, à faire renaître la culture d’assurances et la construction d’un marché dynamique, inclusif, équitable, sain et conforme aux standards internationaux.

Emilie MBOYO

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito