Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : DGRK, Elenge va saisir la justice pour vice de procédure de sa contrainte à la démission

Published

on

Contraint par l’Assemblée provinciale de Kinshasa, Raoul Elenge, le directeur général de la DGRK a fini par démissionner ce lundi 03 juin 2019. Sur les antennes de la Radio Top Congo, mardi 04 juin 2019, il a promis de poursuivre en justice l’Assemblée provinciale pour vice de procédure.

Deux griefs sont à la base de cette décision de l’Assemblée provinciale : la megestion et l’insubordination.

Tout est parti d’une question orale initiée par le député provincial Charles Mbuta Muntu Lwanga.  Raoul Elenge devait s’expliquer sur sa gestion jugée calamiteuse par les élus de Kinshasa ainsi que le coulage des recettes au sein de la DGRK. Ses explications n’ayant pas convaincues les députés, cette question orale s’est transformée en interpellation.

Pour eux, Raoul Elenge n’a pas su rendre disponible des soubassements devant leur permettre d’attester ses explications sur le coulage des recettes. Mais aussi des comptes bancaires fictifs et comptes parallèles, à la hauteur des dettes contractées auprès de banques, aux protocoles d’accord signés avec certaines entreprises et institutions de la place (Minocongo, Midema, Bralima, Bracongo, Fédération des entreprises du Congo, FEC, etc.)

A cette question, le directeur général de la DGRK a précisé qu’il n’était pas aux affaires à l’époque de la signature des protocoles d’accord. Par conséquent, seuls les signataires sont mieux placés pour donner de plus amples explications. Car, c’est le ministre provincial du Plan qui signait pour le compte de la DGRK.

Le deuxième grief mis à charge de Raoul Elenge, c’est l’insubordination.

A ce sujet, les élus provinciaux estiment que le directeur général de la DGRK ne s’est pas conformé à l’instruction de la plus autorité du pays interdisant tout mouvement du personnel dans les entreprises publiques.

Pour se défendre, l’incriminé a indiqué que ces nominations sont faites sur instruction de l’autorité de la ville, sa tutelle directe.

A tout prendre, la révocation du directeur général de la DGRK n’est pas le premier boulonnage effectués par l’Assemblée provinciale de Kinshasa dirigée par Godefroid Mpoyi.

En effet, le ministre provincial en charge de Finances, l’ancien président de l’Assemblée provinciale et le dossier du député provincial Mike Mukebay en sont les preuves.

Pour certains, cela démontre réellement que l’Assemblée provinciale de cette législature ne badine pas et qu’elle est déterminée à bannir toutes les antivaleurs contrairement à la léthargie et la complaisance qui ont caractérisé la législature précédente.

Nadine FULA

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito