Connect with us

a la une

RDC : Politique monétaire, les orientations de la Banque Centrale pour 2018 !

Published

on

La Banque Centrale du Congo a levé l’option de maintenir inchangé son dispositif de la politique monétaire appliqué en 2017. Cependant, elle a donné des orientations sur la conduite de cette politique monétaire pour l’année 2018. Celles – ci concernent notamment l’Inflation, le taux de change et la dedollarisation. La réunion du Comité de Politique Monétaire a eu lieu vendredi 12 Janvier 2017 à Kinshasa.

Tenant compte du bon comportement attendu des cours des produits de base exportés par la RDC, particulièrement ceux du cuivre et du cobalt, et partant, de l’activité économique, la Banque Centrale du Congo maintient, pour 2018, son objectif d’inflation à moyen terme de 7,0%.

Elle entend pérenniser la stabilité actuelle du taux de change et en conséquence procéder à des assouplissements des conditions monétaires via la baisse de son taux directeur autour de 10%.

Le Gouverneur de la BCC et Président du CPM.

Si en 2017, ce taux est passé de 7% à 20% pour faciliter la régulation courante de la liquidité à travers les adjudications des Bons de la BCC, sa réduction de moitié est une bonne nouvelle tant qu’elle va rétablir les potentiels de relance de la croissance par l’accélération de l’investissement et de l’activité des entreprises.

« Il sera utilisé pour le réglage fin de la liquidité, à la faveur de l’émission par l’Etat du bon du Trésor », a indiqué le Comité de Politique Monétaire.

Le dispositif de fourniture de liquidité à l’économie sera amélioré via le refinancement accordé par voie d’adjudications et par des maturités relativement plus longues.

Les coefficients de la réserve obligatoire devraient globalement rester à leurs niveaux actuels : 13% et 12% pour les dépôts en devises à vue et à terme ainsi que 2% et 0% pour les dépôts en monnaie nationale à vue et à terme. Ils ont eu le mérite de ponctionner 27 milliards de francs congolais l’année passée.

Des mesures de dedollarisation de l’économie seront renforcées notamment au moyen de l’intégration des mesures prudentielles. Cette orientation est une réponse à la réalité du marché monétaire congolais. D’après des Economistes, le degré élevé de dollarisation en RDC complique la conduite de la politique monétaire et la gestion du taux de change.

« Elle implique une perte de revenus de seigneuriage, affecte la définition des agrégats monétaires, déforme le lien entre la monnaie nationale et l’inflation, enfin augmente la vulnérabilité des banques commerciales à la dépréciation monétaire », a expliqué Albert Tcheta – Bampa dans sa Tribune intitulée : « L’intervention de la BCC sur le marché de change ne sera pas efficace ».

A tout prendre, le Comité de Politique Monétaire a exhorté le Gouvernement à poursuivre avec la mise en œuvre des 28 mesures urgentes de stabilisation et de relance économique pour soutenir durablement la croissance et renforcer la résilience de l’économie congolaise.

Zoom Eco

RE(LIRE) :

RDC : Franc congolais, dépréciation de 0,385% en deux semaines !

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :