Connect with us

a la une

RDC : Byblos Bank tente un licenciement massif «abusif» de son personnel !

Published

on

[EXLUSIF] – Byblos Bank SA est engagée dans un processus irréversible de cessation de ses activités en RDC. Cependant, les propriétaires de cette banque semblent outrepasser la procédure en matière de licenciement collectif. Au refus de ces derniers de consentir à une séparation à l’amiable face à l’illégalité de leur acte, la vingtaine d’agents et cadres a opté de saisir les autorités compétentes pour être rétablie dans ses droits. Cependant, il s’observe un statu quo depuis le mois d’Août dernier. Alors que les propriétaires pourraient quitter la RDC d’ici la fin de ce mois sans avoir réglé ce contentieux.

D’après l’Avocat des ces agents, les faits sont irréfragables. Et le sort du personnel Byblos Bank semble moins préoccuper les libanais propriétaires. Ces derniers s’apprêteraient déjà à retourner à Beyrouth (au Liban) après avoir déjà expédié leurs équipements. Et ce, après avoir clôturé à plus de 90% les comptes de sa clientèle et vendu leur propriété immobilière.

En effet, le rapport de la mission de l’Inspection Générale du Travail du 31 Août 2017 a établi que Byblos Bank ne pouvait pas procéder au licenciement de travailleurs sans pour autant répondre favorablement au cahier de charge et aux autres irrégularités constatées dans la prise en charge de son personnel.

Dans sa lettre du 9 Août 2017, Grégoire Bakandeja, l’Avocat Conseil de ces agents, a rappelé au Directeur Général de Byblos Bank que les irrégularités de la démarche hasardeuse et téméraire de portent sur la violation des articles 61, 63 et 78 alinéas 1 à 3 du Code de Travail.

Ces dispositions obligent le respect de l’ordre des licenciements établi en tenant compte de la qualification professionnelle, de l’ancienneté dans la société et des charges de famille du travailleur. Elles interdisent également tout licenciement massif sauf dérogation éventuelle du Ministre ayant le Travail et la Prévoyance Sociale dans des attributions.

Cependant, le Ministre d’Etat en charge du Travail, Lambert Matuku Memas, saisi en ampliation par Grégoire Bakandeja, a instruit l’Inspecteur Général du Travail « de suivre assidûment la situation et de poser le cas échéant, tout acte utile à la sauvegarde des droits reconnus aux employés concernés ».

Si jusqu’à preuve du contraire aucune suite n’est réservée à ce dossier du côté de l’Inspection Générale, ces agents ont également saisi l’Inspection Urbaine du Travail, le 14 Septembre dernier, pour lui demander de déclencher la procédure requise pour leur permettre  de poursuivre la procédure devant le Tribunal de Travail de Kinshasa/Gombe en cas de non – conciliation. Là aussi, apprend – on, rien ne semble avancer.

Toutefois, conscients de la solidité financière de Byblos Bank, ces agents et cadres attendent voir les propriétaires de cette banque se conformer à la loi. Cela passe par le versement de tous les leurs droits acquis à calculer par l’Inspection du Travail et des dommages intérêts tels que prévus par l’article 63 alinéa 1er du Code de Travail pour tentative de fraude au susdit texte.

A tout prendre, la responsabilité du Ministre d’Etat, Ministre de l’Emploi Lambert Matuku est engagée afin de veiller au respect des droits des travailleurs en RDC, y compris ceux de Byblos Bank. A savoir qu’au départ des propriétaires annoncé d’ici fin Octobre 2017, ces agents et cadres ne sauront plus faire pression à qui que ce soit.

Pour rappel, Byblos Bank figure parmi les 10 banques commerciales congolaises ayant été soupçonnées de blanchiment des capitaux par le Conseiller Spécial du Chef de l’Etat, Luzolo Bambi Lesa dans sa lettre du 31 Août 2017 adressée à l’Association Congolaise des Banques(ACB).

Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement