Connect with us

a la une

Matadi : Les embouteillages réduisent de moitié les recettes des taximen !

Published

on

Matadi : Les embouteillages réduisent de moitié les recettes des taximen !

Les embouteillages sont devenus très fréquents dans la plus part des artères principales de la ville portuaire pendant les heures de pointe. A côté du non respect du code de la route et des tracasseries policières, s’ajoutent des embouteillages qui occasionnent un manque à gagner de près de la moitié du versement journalier (recettes) fixé à 28 000 CDF regard de temps perdu dans ces bouchons.

Selon Charles VANGU, Porte-parole de ces taximen qui s’est livré à Zoom Eco, toutes les routes les plus empreintes comme celle allant au Rond – point Nzanza-Kiamvu, Kiamvu-24/15, Londe-Nkala Nkala et Montagne Cabral-Pont Kiamvu. Il y a également le tronçon 24 novembre-Rond point Kinkanda, 24 novembre-Rond Point Buima, place Coca-Rond Mvaudu ainsi que le Copin-Pont Mpozo.

Pour les taximen, ces embouteillages sont la plus part causés par les conducteurs de grands véhicules point lourd qui ne respect pas scrupuleusement le code de la route et se sentent indépendant sur la chaussée. Ils pointent également du doigt les agents de la Police de Circulation Routière d’être hauteur de certains embouteillages dans la ville.

Au-delà de ces causes, ils évoquent aussi l’état de dégradation très avancé des certaines routes principales et secondaires dans la ville. Comme conséquences, ces embouteillages occasionnent un manque à gagner pour les taximen. Ils avouent éprouver des difficultés de totaliser le 28 000 CDF de versement et le 10 litres de carburant exigés par les propriétaires des véhicules.

« Nous n’atteignons plus qu’entre 12 000 et 15 000 CDF pour le versement quotidien et parfois nous avons du mal à réunir ce qu’il nous faut pour le carburant. Cela suscite des incompréhensions et le manque de confiance avec nos patrons », a commenté un taximan.

La corporation des taximen de Matadi sollicite la construction et la réhabilitation par les décideurs des certaines routes secondaires longtemps abandonnées et la reprise de travaux arrêtés depuis des années pour mettre fin à cette situation. Informé de cette inquiétude, le Maire de la ville a promis d’en faire son cheval de bataille.

Patty NZUZI invite par contre les usagers de la route au respect strict du Code de la route.

Derrick Lelo | Zoom Eco

Edito

Advertisement