Connect with us

a la une

RDC : équipe «finances» de Shadary, des ONGs s’inquiètent mais le FCC rassure !

Published

on

La présence de Moïse Ekanga et Albert Yuma dans l’équipe de campagne d’Emmanuel Ramazani Shadary inquiète Global Witness et la Plateforme de protection des lanceurs d’alerte en Afrique (PPLAAF). Dans un communiqué conjoint, ces deux ONGs estiment que le choix porté sur ces deux cadres, soupçonnés de mauvaise gestion de finances des structures de l’Etat, est inapproprié. Au Front commun pour le Congo (FCC), de cadres se veulent rassurants.

Inquiétude des ONGs

« Global Witness et PPLAAF affirment qu’Ekanga et Yuma doivent assumer la responsabilité́ de détournements inexpliqués de fonds publics d’institutions étatiques sous leur surveillance, et que tant que ces questions ne sont pas résolues, ces personnes restent des choix inappropriés pour gérer les finances de la campagne », indique le communiqué.

Bien que ne suggérant l’existence de preuve d’implication personnelle des acteurs précités dans des actes répréhensibles qu’ils auraient commis, ces organisations ont déploré le fait que le candidat Shadary ait décidé́ de fermer les yeux sur ces graves allégations sur ceux qu’il a recrutés pour l’aider à se faire élire.

« Il existe un risque réel que la frontière entre l’argent public et les intérêts politiques privés devienne floue pendant cette campagne électorale. Nous avons appelé́ à lancer des enquêtes sur ces personnes et les institutions qu’elles dirigent, mais Shadary semble plutôt les récompenser par des positions de pouvoir », a déclaré Peter Jones de Global Witness.

FCC plus que rassuré

Dans le milieu du Front commun pour le Congo (FCC), d’aucuns estiment que les faits pour Ekanga d’être chef du Bureau de coordination et de suivi du programme sino- congolais (BCPSC) et Yuma d’être président du Conseil d’administration de la Gécamines n’enlèvent en rien leur caractère de membre effectif d’un regroupement politique. Comme pour dire qu’ils n’ont pas été recrutés par le candidat FCC pour financer sa campagne.

« Le financement d’un regroupement politique ou de la campagne électorale de de Shardary provient des cotisations des partis et structures membres du FCC et non des individus faisant partie de l’une de Cellules chargée de finances et logistique, soit-elle. Le fait pour Ekanga et Yuma de faire partie de la cellule ne signifie nullement que le financement proviendrait d’eux. Ils sont par contre chargés de gérer les finances du FCC destinées à la campagne », a déclaré sous l’anonymat, un proche de cette plate-forme électorale.

Dans ce même élan, Lambert Mende, coordonnateur de la Cellule de communication du candidat Ramazani Shadary, a tenue à faire une mise au point, dans son mot de bienvenue, lors de la cérémonie de présentation du programme électoral du dauphin de Joseph Kabila.

Au sujet des accusations portées contre ces deux gestionnaires de l’Etat quant à leur mauvaise gestion des ressources de l’Etat, des personnes contactées dans le milieu du FCC sont d’avis qu’elles ne sont pas avérées. Car, estiment – elles, ils n’ont jamais été l’objet des poursuites ni des sanctions internationales pour détournement ou pour acte de corruption.

Au demeurant, si les ONGs expriment leur inquiétude du danger que représenteraient ces gestionnaires sur l’argent du contribuable congolais exposé à l’utilisation du FCC, au sein de cette plate-forme des avis rejettent cette mauvaise opinion et rassurent le peuple que Ekanga et Yuma ont été désignés comme gestionnaires de fonds de campagne et non comme contribuables.

Emilie MBOYO | Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :