Connect with us

a la une

RDC : Kabila devant le congrès, pas probable ce week-end

Published

on

Le Président de la République, Joseph Kabila ne pourrait pas faire son adresse devant le Congrès ce week-end. Selon notre analyse, deux raisons justifient cette réalité.

Première raison : l’attente du rapport de consultations qu’entreprend l’équipe Minaku-Kalev-Lumanu-Nkulu. Visiblement, ces consultations « informelles » ont été relancées pour cerner tous les contours des divergences qui divisent le Rassemblement et la Majorité Présidentielle, prendre les considérations des uns et des autres.

Et donc, ces avis pourraient permettre au Chef de l’Etat d’affiner les décisions à prendre pour trancher sur le dossier les divergences résultant de l’échec de l’arrangement particulier.

Aux dernières nouvelles, ces consultations seraient butées au refus catégorique du duo Pierre Lumbi-Felix Tshisekedi.

Deuxième raison : le protocole à suivre pour l’organisation d’un Congrès. Il existe plusieurs paramètres d’ordre protocolaire notamment les agendas des deux Chambres du Parlement et celui du Président de la République.

Une chose est d’annoncer son intention de s’adresser devant le Congrès par rapport à l’urgence de la question, une autre est celle d’harmoniser les agendas pour l’effectivité de cette rencontre en tenant compte de son caractère solennel.

A cela s’ajoute la série de manifestations pacifiques annoncée par le Rassemblement respectivement le 3, le 5 et le 10 Avril 2017. Serait-il aisé pour Joseph Kabila de s’exprimer au courant de l’une de ces journées ?

Entre ces deux raisons, il y a du temps qui doit en principe s’écouler. Mais celui-ci ne devrait pas être long comme le retour du Christ. Si les estimations les plus réalistes prévoient la période comprise entre le 6 et le 8 Avril, tout devrait se faire dans la diligence pour permettre au Chef de l’Etat de faire son adresse dans l’urgence.

Et cette urgence, c’est aussi l’application effective de l’accord de la Saint Sylvestre pour permettre au peuple d’aller aux urnes en décembre 2017.

Ce qui conduirait sans nul doute à la restauration du climat de confiance devant permettre aux investisseurs et bailleurs de fonds d’agir sans retenue pour contribuer à la relance de l’économie congolaise.

Zoom Eco

A RE(LIRE) :

RDC : Que dira le Président Joseph Kabila ?

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :