Quantcast
Connect with us

a la une

Face à l’histoire, Mnanganwa et Obasanjo parlent de l’Afrique !

Published

on

Dans une rencontre de haut niveau, dans le cadre du Africa CEO Forum 2018, Emmerson Mnangagwa, Président du Zimbabwe, et Olusegun Obasanjo, ancien Président du Nigeria, confronté leurs visions et partagé leurs expériences pour la croissance durable et inclusive de l’Afrique en général et de leurs pays en particulier. Comment les leaders politiques arrivent-ils à relancer des économies et reconstruire des institutions robustes et fiables ?

 Le problème de l’Afrique « c’est l’échec du leadership », selon Emmerson Mnangagwa, Président du Zimbabwe.

« Au plan géographique, mon pays est loin du Nigéria mais cela n’a pas empêché celui-ci de nous apporter son aide quand nous en avions eu besoin. C’est cette vision que nous leaders africains devrions partager : l’entraide. L’Afrique doit apprendre à gérer ses difficultés elle-même et cela part de l’équilibre entre le leadership et les institutions», a-t-il souligné.

Pour le développement économique et social des Etats africains, estime l’ancien président du Nigéria Olusegun Obasanjo, il faut que les leaders soient performants, éclairés et au fait de tout ce qui se passe dans leur pays. Il a évoqué trois notions essentielles pour assurer la bonne gouvernance en Afrique.

« Il s’agit de la loi, du leader et de la force exercée par le leader pour appliquer la loi. Autrement, le leader s’affaiblit », observe-t-il.

D’après le président zimbabwéen, les leaders africains doivent avoir une vision, un rêve pour l’avenir de leur Nation.

« Ils  se doivent par ailleurs de garantir l’indépendance de tous les pouvoirs (exécutif, judiciaire et législatif), afin que ceux-ci agissent chacun sans interférence, mais dans la complémentarité », a indiqué Emmerson Minangagwa.

Dès lors, la lutte contre la corruption devrait être un principe à respecter pour avoir des institutions fortes et un leadership adéquat.

Pour l’ancien président du Nigéria Olusegun Obasanjo, « c’est bien d’avoir une loi qui met en place une institution forte. Mais il faut avoir les hommes qui vont avec, des personnes de référence. Si non nous n’arrivons au bout de notre mission. Nos objectifs ne seront jamais atteints ».

Et de conclure qu’une exportation rentable, une discrimination positive en faveur des femmes et des jeunes favoriseront aussi le succès de cette relance économique désirée par tous.

La 6ème édition de Africa CEO Forum s’est tenu de lundi à mardi à Abidjan. Au total, 63 pays dont 43 africains, des panélistes de haut niveau, des chefs d’entreprise, des investisseurs venus de tous les continents ont participé à ces assises.

 Zoom Eco 

Sur le même sujet :

Africa CEO Forum  2018 se focalise sur la « transformation »

Africa CEO Forum : Nana Akufo-Addo face à Paul Polman, deux messages forts à l’Afrique !

Advertisement

Edito