Quantcast
Connect with us

a la une

Afrique : conflit russo-ukrainien, 4 milliards USD d’Afreximbank pour atténuer le choc sur les importations de céréales et de pétrole

Avatar of La Rédaction

Published

on

Afrique conflit russo ukrainien 4 milliards USD dAfreximbank pour atténuer le choc sur les importations de céréales et de pétrole

2Le Conseil d’administration d’Afreximbank, banque africaine de financement de l’import-export, a approuvé la mise sur pied d’un fonds de 4 milliards de dollars américains (USD) dénommé « Ukraine Crisis Adjustment Trade Financing Programme for Africa (UKAFPA) ». C’est ce qu’indique un communiqué rendu public par les responsables de la banque.

L’approbation de ces fonds vise à permettre aux pays africains importateurs de céréales et de produits pétroliers d’amortir le choc sur les prix qu’occasionne le conflit entre la Russie et l’Ukraine, du fait des ruptures d’approvisionnement.

« Je suis ravi que notre Conseil d’administration ait approuvé l’introduction de l’UKAFPA, démontrant une fois de plus sa réactivité aux besoins des Etats membres africains et de leurs citoyens.

Cette initiative contribuera grandement à éviter l’anxiété et les troubles sociaux qui pourraient découler des pénuries alimentaires imminentes et des coûts élevés des engrais et des produits pétroliers », a déclaré Benedict Oramah, président d’Afreximbank.

Selon le communiqué, les demandes en provenance des pays africains pour bénéficier de ces fonds atteignent déjà les 15 milliards USD.

Les spécialistes renseignent que le conflit russo-ukrainien provoque actuellement une instabilité profonde sur le commerce international.

Il faut noter que plusieurs pays africains, notamment la Gambie ont besoin de revenus du tourisme pour soutenir leurs économies. Or, les hausses des prix de l’énergie dans les principales économies européennes réduisent la part de budget réservée aux dépenses de loisir. Une contrainte qui survient alors que le monde sort juste des confinements liés à la Covid-19.

Les prix des produits tels que l’essence, le gasoil, le blé dont la Russie et l’Ukraine sont de gros fournisseurs potentiels connaissent une augmentation exponentielle.

Olivier KAFORO

Advertisement

Edito

ZoomEco TV