Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : chiffres du nouveau contrat social préconisé par Samy Badibanga

Published

on

Le candidat de Progressistes à la présidentielle 2018, Samy Badibanga Ntita, a préconisé un nouveau contrat social dans le cadre de son programme électoral : «le Changement pour tous». Zoom Eco sur les chiffres des innovations de ce pacte social.

Le premier ministre honoraire part du constat selon lequel la redistribution des richesses aux plus pauvres n’a jamais été fait en RDC d’autant plus que, dit-il, 80% de ses compatriotes emploient dans la pauvreté. D’où, l’urgence de mettre en place des mécanismes de redistribution et d’allocations sociales directes et la nécessité d’augmenter les salaires progressivement à un niveau compatible pour tous en trois ans.

Sunga Libota, 100 USD/mois
Samy Badibanga est convaincu qu’il est possible d’allouer une aide directe à chaque ménage démuni de 100 USD par mois. Objectif : lui permettre de couvrir les besoins d’alimentation et d’éducation des enfants.

« Sunga Libota, ira d’abord aux plus pauvres, pour éradiquer l’extrême pauvreté et attaquer les inégalités sociales qui détruisent notre société. Nous commencerons par les villes et les provinces frappées par la crise humanitaire et les violences», a indiqué le candidat des Progressistes qui affirme s’être inspiré du modèle de Bolsa Familia au Brésil et à l’exemple du Nigeria.

Bourses d’études, 100 à 150 USD/mois
Samy Badibanga part du postulat : il faut investir dans l’intelligence de la jeunesse en développant la formation professionnelle afin de fournir aux entreprises le capital humain nécessaire.

«Pour y arriver, nous allons restaurer les bourses d’études par une allocation aux étudiants de 100 USD par mois, et 150 USD par mois dans filières de formation essentielles au développement économique tel que les services financiers, la logistique, l’informatique, la production et distribution agroalimentaire, la transformation des ressources minières, et l’économie verte et les énergies renouvelables», a-t-il précisé.

Plancher les salaires à 250 USD
Le pacte social prévoit l’atteinte, au bout de cinq ans, d’un salaire minimum de 250 USD pour tous les agents de l’Etat dans les différentes administrations.

Pour Samy Badibanga, « c’est aussi une mesure de lutte contre la corruption et les tracasseries policières et fiscales qui gangrènent notre économie et le quotidien des congolais. Car, avec 40 ou 80 USD de salaire, corruption, détournements et tracasseries deviennent le gagne-pain des agents de l’État.»

Énergies, salubrité et logements
L’accès de tous à l’eau potable et à l’énergie font partie du contrat social. Pour Samy Badibanga, il est de l’obligation à tout congolais de payer ses impôts afin de permettre à l’État d’assurer la fourniture de ces services publics.

Le candidat des Progressistes à la présidentielle de 2018 prévoit des partenariats publics-privés pour la salubrité publique. Dans ce même élan, un programme de construction vide logements sociaux en zone urbaine.

Des partenariats avec des entreprises privées, de considérer, co-financement privés, publics, nationaux et internationaux sont prévus pour fournir de logements décents et abordables aux familles congolaises.

Santé et éducation pour tous
«Nous assurerons la santé maternelle et infantile gratuite et l’éducation gratuite. La santé publique et l’école sont les droits des citoyens», a rappelé Samy Badibanga.

Par des mutuelles de santé, a – t – il insisté, l’Etat devrait promouvoir et appuyer financièrement la santé publique. C’est ce qu’il envisage de faire grâce au redressement des finances publiques et la transparence des affaires publiques.

Emilie MBOYO | Zoom

Sur le même sujet :

RDC : les cinq chiffres du programme électoral de Samy Badibanga

Advertisement

Edito