Connect with us

a la une

JL. Bekama : « Il faut organiser la frontière de Lufu pour accroître les recettes de l’Etat »

Published

on

JL. Bakema : « Il faut organiser la frontière de Lufu pour accroître les recettes de l’Etat »

Le premier Vice-Président de la Fédération des Entreprises du Congo de la province du Kongo Central décrie l’état actuel du marché frontalier de Lufu situé à plus de 120 km à l’est de la ville de Matadi. Ce centre d’échanges commerciaux présente à ce jour, d’après Jean Luc Bekama, un paysage honteux du côté congolais alors qu’en Angola tout est bien structuré. La fraude fiscale y dicte sa loi au détriment du trésor public et met en danger la santé du congolais.

L’état des infrastructures de Lufu contribue sensiblement au coulage des recettes publiques, selon la FEC. Près de 80% de taxes perçues dans ce marché semblent échapper au contrôle des services de l’État. Ce qui sous-entend que seuls 20% entrent dans les caisses de l’Etat.

Phénomène Cuca, fruit de la fraude fiscale
Au-delà de la perception des taxes officielles par les services affectés à ce poste-frontière, nombreux sont ces opérateurs économiques qui déplorent la présence d’autres services fictifs qui opèrent librement en facilitant la fraude fiscale suite au manque des infrastructures viables. Jean Luc Bekama a évoqué la fuite et/ou les émiettements de marchandises par des milliers de personnes à Lufu.

Le 1er Vice-Président de la FEC/Kongo Central.

Le 1er Vice-Président de la FEC/Kongo Central.

Visiblement, c’est par là que passent d’importantes quantités des marchandises de toutes sortes dont les boissons alcoolisées importées dans les conditions non requises et sans tenir compte de leur qualité (parfois périmée).

Conséquence : les bières en canettes dont la très célèbre « Cuca » se vend comme de petits pains à Kinshasa comme à Matadi à un prix hors concurrence. Ce qui menace sérieusement la consommation des produits de l’industrie brassicole locale qui contribue à l’économie congolaise et au social des congolais.

Avantages d’arrêter ce coulage des recettes
Avec une frontière poreuse, il est difficile de contrôler la qualité des produits alimentaires à forte consommation du congolais et de surcroît, canaliser les recettes de l’état. Face à cette situation, le premier Vice-Président de la FEC/Kongo Central préconise au Gouvernement congolais d’investir dans les infrastructures.

Cliquer pour écouter :

Arrêter l’hémorragie fiscale à Lufu contribuerait à l’augmentation des recettes de l’Etat, la promotion de l’industrie locale et à la préservation de la santé des congolais.

Pour rappel, le Gouvernement central s’apprête à interdire l’importation notamment des boissons alcoolisées et bières en canettes dont Cuca, Nocal et Tigra pour une période de six mois renouvelables afin de protéger l’industrie brassicole locale.

Cependant, cette mesure ne peut produire des effets qu’à très court terme et la commission ECOFIR du gouvernement devrait s’attaquer à la problématique du poids des taxes sur l’industrie locale pour la rendre plus compétitive.

Derrick Lelo/Zoom Eco

A RE(LIRE) :
RDC : L’Etat examine l’option d’interdire l’importation des boissons alcoolisées !

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :