Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Des numéros de téléphone vert pour dénoncer les antivaleurs polluant le climat des affaires [Implications]

Published

on

RDC : Des numéros de téléphone vert pour dénoncer les antivaleurs polluant le climat des affaires [Implications]

Le Gouvernement congolais a décidé d’instaurer des numéros de téléphone vert pour lutter contre les antivaleurs qui polluent le climat des affaires. Avec ce mécanisme mis en place, des congolais et opérateurs économiques pourraient facilement dénoncer tout acte commis par des agents publics qui serait de nature à détruire la prospérité des affaires en RDC. Cependant, l’ouverture de ces numéros de téléphone exige la volonté d’agir des autorités gouvernementales et judiciaires.

En effet, toute initiative susceptible de contribuer à la transparence et la participation citoyenne dans la lutte contre les antivaleurs comme la corruption dans le secteur public est à soutenir. Le Premier Ministre Bruno Tshibala a, dans son mot d’ouverture de la Conférence sur le climat des affaires, insisté sur la détermination de son Gouvernement à éradiquer et barré la route aux agents public qui se livrent à ce genre des pratiques.

« Collecter l’information est une première étape. Après, il faut la traiter à plusieurs paliers. Il faut agir. Ensuite, le Gouvernement et les différentes institutions du pays devront agir en conséquence. Si déjà les citoyens sont mis en contribution, cela devrait impliquer l’appropriation de l’outil », commenté l’Economiste Stratégiste Al Kitenge.

A partir du moment où l’information est rendue disponible par des lanceurs d’alerte, il y a lieu de considérer que ceux – ci ont fait leur part.

Mais la plus grande part reviendra au Gouvernement et ses institutions de collaboration pour enquêter en toute indépendance, sanctionner sans partie pris suivant le régime disciplinaire de l’Administration publique et/ou déférer les auteurs de cas dénoncés devant la Justice.

Par conséquent, pour éviter que cela soit du cosmétique, il est impérieux qu’une lourde machine de pilotage et de surveillance soit mise en branle pour gérer tous les cas qui seront dénoncés à travers le pays.

A en croire M. Al Kitenge, le succès de cette action réside dans la présentation des résultats à l’opinion publique et le recours à des sanctions exemplaires. « Il sera question de dire au peuple : vous avez dénoncé telle chose, voici ce qui a été fait ! Cela va crédibiliser l’action en même temps dissuader les récalcitrants », a – t – il insisté.

La finalité de cette action est de dissuader tous ceux qui utilisent leur pouvoir au-delà de la réalité. Dans le circuit de la corruption, il existe, entre le corrupteur et le corrompu, des facilitateurs. Tous devraient être traqués au sein de l’Administration publique.

Le Premier Ministre Bruno Tshibala sera – t – il en mesure d’aller au-delà des discours pour agir et faire agir toutes les autorités compétentes concernées dans cette lutte contre le système qui s’est enraciné au sein de l’Administration congolaise ? Wait and see !

Zoom Eco

A RE(LIRE) :

RDC : Vers la mise en œuvre d’une feuille de route du Climat des Affaires !
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito