Connect with us

a la une

RDC : une députée nationale plaide pour la protection du commerce du tabac

Published

on

La députée nationale Shenila Mwanza a plaidé pour la protection du commerce du tabac. Son plaidoyer se fonde sur la nécessité d’éviter des interminables discussions au niveau du Parlement et de la Fédération des entreprises du Congo. Elle a lancé ce message lors du vote de projet de Loi portant Ratification de l’ordonnance Loi du 13 mars 2018 portant code des accises.

Critiquant quelques dispositions reprises dans ce texte qui risque d’énerver la Constitution, Shenila Mwanza a dit au ministre des Finances, Henry Yav Mulang que l’État congolais devrait protéger aussi les industries du secteur de tabac comme il le fait pour brassicole afin de minimiser les concurrences des produits importés des pays voisins de la RDC.

” Bien que le tabac soit un produit nuisible à la santé tel que l’a dit le ministre des Finances, quelques produits brassicoles les sont aussi. Cependant, dans le texte adopté, seul le secteur du tabac est fortement taxé et cela en violation de la loi fondamentale”, a fait remarqué Shenila Mwanza.

Avec ses plus de 30 années d’expérience dans ce secteur du tabac, la député nationale craint que la nouvelle nomenclature de texte sur le tabac conduise à l’envahissement sur le marché congolais des produits du tabac de neuf pays voisins de la RDC.

Elle rappelle au Gouvernement que le tabac contribue aussi à l’économie congolaise et que toute ratification des lois sur certains domaines doit être minutieusement analysée, en tenant compte de tous les paramètres.

La député nationale Shenila Mwanza affirme ne pas être s’opposer à cette recommandation de la reforme du système fiscal qui préconise la révision à la hausse des taux des produits les plus nocifs. Mais elle soutient que cela ne devrait pas violer la Constitution.

“La loi cadre sur santé, présentement en étude approfondie à la commission mixte PAJ et Socio culturelle, a pris en compte les mesures nécessaire quant à ce”, a – t – elle insisté.

Michel EFAKA | Zoom Eco

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :