Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Voici la raison économique du soulèvement des étudiants de l’ISTA/Kinshasa !

Published

on

Au-delà de l’intoxication des étudiants ayant conduit à la perturbation de l’ordre public autour de l’ISTA cet avant-midi, l’une des principales raisons c’est la « Perte du pouvoir d’achat » du congolais. Car, en réalité, les frais académiques n’ont été pas augmentés. Mais c’est l’application du taux de change qui pose problème. Explication.

La dépréciation du franc congolais par rapport à la devise étrangère (dollar américain) observée depuis quelques mois impacte négativement sur le pouvoir d’achat du congolais. Surtout quand celui-ci se retrouve dans un marché où les biens et services qu’il recherche affichent des prix ayant pour référentiel de valeur, la monnaie étrangère.

Dans le cas d’espèce, les étudiants comme la Direction Générale de l’ISTAT sont victimes de cette réalité économique du pays. La seule question qui les divise est celle de savoir : qui va supporter la perte de l’autre ?

Rigidité des étudiants
Ils sont formels. Il n’est pas question que leurs parents puissent suppléer quelques francs congolais en appliquant le taux de 1 125 CDF sur les frais académiques payés en monnaie locale à l’équivalent du dollar américain. Alors qu’ils appliquaient jusque-là, le taux de 967 CDF pour 1 USD.

Conséquence : Si par exemple, les frais académiques sont fixés en CDF à l’équivalent de 300 USD, les étudiants seraient obligés de payer 337 500 CDF (au taux de 1 125CDF/1USD) au lieu de 290 100 CDF (au taux de 967CDF/1USD). L’écart étant de 47 400 CDF, ce montant représente la perte à subir par les étudiants. D’où leur refus catégorique de le payer.

Abandon du taux de rattrapage
La perte de 47 400 CDF sur le montant de 300 USD non consentie par les étudiants est endossée par l’ISTA. Ce dernier, contraint d’accéder à un marché de biens et services où le taux appliqué est de 1 125 CDF le dollar voire 1 250 CDF le dollar, il a voulu appliquer un taux de rattrapage afin de corriger cette inégalité.

« C’est triste pour mes enseignants qui, pour leurs enfants, ils payent au taux de 1200 mais eux-mêmes ils vont touchés au taux de 967. Mais si c’est ça le prix de la paix, qu’est-ce qu’on peut faire ? », a déclaré le Directeur Général de l’ISTA, Professeur Kasengedia à la presse.

Toutefois, il regrette l’intoxication des étudiants qui, pourtant, ont été initialement sensibilisés à travers leurs chefs de promotion. Et ce matin, malgré l’abandon du taux de 1 125 CDF pour de raison de paix, la manifestation a dégénérée.

A tout prendre, la dépréciation du franc congolais a entrainé la perte du pouvoir d’achat dans un contexte où les salaires des agents et fonctionnaires de l’état n’ont pas été revus à la hausse dans un marché où tous les prix, bien qu’affichés en franc congolais, sont fixés suivant le taux de change en dollar.

Cette perte du pouvoir d’achat est bien réelle. Peu importe son rang social, elle ronge le porte-monnaie du congolais qui vit déjà sous le seuil de pauvreté.

Zoom Eco

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito