Connect with us

a la une

RDC : Dette intérieure certifiée, pourquoi le gouvernement peine à payer ?

Published

on

Elle est estimée entre 1,3 et 4,3 milliards USD. Les fournisseurs locaux de la RD Congo ne sont pas au bout de leurs peines, le gouvernement n’ayant servi que quelques privilégiés dans les 90 millions USD inscrits respectivement dans les exercices budgétaires de 2013 et 2014.

Et sur le montant exact de cette dette, les violons ne s’accordent d’ailleurs pas, le président de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), Albert Yuma, affirmant que l’encours de la dette intérieure est de plus d’1,3 milliard de dollars américains.

Alors que, selon le député Bulambo Kilosho et ancien DG de la Direction générale des recettes administratives et domaniales (DGRAD), « le stock de la dette intérieure était de 301 milliards de FC en 2011 et se chiffre à ce jour à près de 4,3 milliards USD ».

Devant l’Assemblée nationale et le Sénat réunis en Congrès le 23 octobre 2014 au palais du peuple à Kinshasa, le Président Joseph Kabila Kabange avait instruit le gouvernement du Premier ministre Augustin Matata Ponyo d’«élaborer un plan de programmation, budgétisation et procéder au paiement de la dette intérieure certifiée en vue de la relance des emplois dans les Petites et Moyennes entreprises ».

Appui substantiel à la relance du secteur privé
Sur cette question ultra sensible de la dette intérieure, le Président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, est d’avis que « le gouvernement doit progressivement budgétiser le paiement de la dette intérieure en faveur des entreprises dont les créances ont été certifiées ».

En effet, soutient-il, « le paiement de la dette intérieure donnerait sans doute un appui substantiel et additionnel à la relance du secteur privé ».

« Si on paie ne fût-ce que 30% de cette dette, ni le taux d’inflation ni le taux de change ne seraient stables. Je suppose qu’on fera un tirage au sort pour savoir qui sera payé », explique le président de la FEC.

En 2009, le gouvernement du Premier ministre Adolphe Muzito avait effectué un dépassement de 502% dans le paiement de la dette intérieure.

« Même dans le rang de la majorité, on s’en était ému. C’est juste un petit groupe d’expatriés bien branchés dans la sphère politique et quelques Congolais influents qui ont été servis », rappelle-t-on.

Compte tenu de cette récommadation pertinente du Chef de l’Etat au gouvernement devant la nation entière, qu’aucuns se demandent où en est-on avec sa mise en œuvre ? Et pourquoi le gouvenerment qui a tous les indicateurs marcoéconomiques au vert peine à payer ne fut-ce que la moitié ou le tiers du montant total de la dette ?

En attendant les réponses à ces préoccupations, les fournisseurs de l’Etat congolais continuent à subir la rigueur de la politique économique du gouvernement Matata.

LP / Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :