Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : PNEF, les activités prioritaires sont évaluées à plus de 17 milliards USD

Published

on

Le Programme National d’Education Financière (PNEF) vise à aider la majorité de la population congolaise à gérer, de façon responsable, ses finances personnelles et familiales afin d’améliorer son bien-être social d’ici 2025. Le document stratégique de ce programme a été approuvé le jeudi 3 mars 2016 lors de la deuxième réunion du Comité de pilotage présidée par le vice-gouverneur de la Banque Centrale du Congo.

Pour une bonne gestion budgétaire, la population doit parvenir à élaborer des budgets qui prennent en compte ses revenus, ses dépenses et ses objectifs financiers. Il lui appartiendra de les surveiller et les respecter. Cette démarche passe par une éducation appropriée.

« Ce document stratégique vise à doter la population congolaise des connaissances, des compétences et de la confiance nécessaire pour une gestion optimale de ses finances », a indiqué le Vice – Gouverneur, Jules Bondombe.

Activités prioritaires, 17 milliards de dollars

L’intégration de l’éducation financière dans les programmes scolaires, la formation de formateurs et multiplicateurs, une campagne multimédia s’appuyant principalement sur la radio, le développement et la diffusion d’une boite à outils ainsi que des événements périodiques qui promeuvent l’éducation financière tels que la journée internationale de l’épargne et la semaine mondiale de l’argent… sont retenus par le Comité de pilotage du PNEF comme étant des activités prioritaires.

Les femmes qui tiennent les ménages grâce à leur petits commerces sont également ciblées. Ph. Tiers

Chiffrées à plus de 17 milliards de dollars américains, toutes ces activités ont pour principales cibles : les écoliers, les jeunes, les femmes, les personnes vivant en milieu rural ainsi que les travailleurs et entrepreneurs.

Dans le lot des résultats attendus, a déclaré le Vice – Gouverneur de la Banque Centrale du Congo, la population devra épargner régulièrement dans les institutions financières agréées pour atteindre des objectifs bien définis. Ce qui relance, pour certains observateurs, le débat sur les faibles revenus de la population congolaise dont la majorité qui vit sous le seuil de pauvreté (1,25 dollar par personne et par jour).

A 82%, le taux de pauvreté de la RDC est l’un des plus élevés au monde en dépit de sa forte croissance économique. « La pauvreté et le chômage restent élevés et (…) des efforts plus soutenus sont nécessaires pour diversifier l’économie, promouvoir une croissance économique mieux partagée et améliorer les indicateurs sociaux», peut – on lire dans le rapport du FMI publié en octobre 2015

Par ailleurs, les principes directeurs du PNEF sont notamment, de travailler en partenariat, d’encourager les changements durables, de maximiser le rapport coût- efficacité, d’utiliser une large gamme de méthodes et des canaux et de prendre en compte le contexte ainsi que des besoins spécifiques de groupes cibles.

L’élaboration de ce document stratégique du PNEF a connue la participation de 50 institutions parmi lesquelles les ministères de l’ESU, EPS-INC, FFE, PME, ETP, Plan, Finances et tant d’autres sous la coordination de l’autorité monétaire de la RDC.

Zoom Eco

Advertisement

Edito