Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Bombardier présente à Congo Airways un avion CRJ900

Published

on

Vers une acquisition. La multinationale canadienne Bombardier a procédé, le 26 avril 2019, à la présentation à Congo Airways, l’une de ses potentielles clientes, de l’aéronef Bombardier du type CRJ900. La séance s’est déroulée à l’aéroport international de Ndjili en présence du vice-premier ministre en charge des Transports et voies de communication.

Avion régional de 90 places
Le CRJ900 qui a atterri spécialement à Ndjili a permis au représentant de Bombardier, Gerald Cornu, de faire palper du doigt aux officiels congolais dont le directeur général de Congo Airways, Désiré Balazire, les fonctionnalités ainsi que les améliorations effectuées dans cet avion.

De l’intérieur à son extérieur, tout a été passé au peigne fin afin de se rendre compte que le Bombardier CRJ900 est une version allongée du CRJ700 de 70 places. Il dispose de deux sections de fuselage supplémentaires, l’une à l’avant et l’autre à l’arrière de la section centrale.

Vue de la classe affaire du Bombardier CRJ900

Ses moteurs offrent 5 % de puissance supplémentaire et le train d’atterrissage principal est renforcé avec des roues et des freins revus. Deux sorties de secours ont été ajoutées au-dessus des ailes, sans oublier la disponibilité de la connexion internet à bord. Cet avion dispose de 12 places en classe affaire.

Vers une entente d’achat ferme !
Au terme de cette inspection physique, le vice-premier ministre en charge des Transports a apprécié l’initiative du constructeur aéronautique Bombardier.

Il a aussi précisé que les contacts vont se poursuivre entre ce constructeur aéronautique et la compagnie nationale Congo Airways en vue d’une prochaine acquisition.

Cette action de charme de Bombardier a laquelle le gouvernement congolais et Congo Airways semblent mordre, personne ne sait officiellement jusque-là si la négociation portera sur combien d’aéronefs à acquérir par la RDC. Des espoirs sont fondés pour que les négociations entre les deux parties puissent se solder par la signature d’une entente d’achat ferme.

50 à 100 millions USD à débourser            Des sources concordantes évoquent la possibilité d’achat de deux à quatre avions. Ce qui exigerait une facture moyenne allant de 50 millions à 100 millions de dollars américains pour l’ensemble de ladite flotte.

Il est évident que dans son programme d’extension, Congo Airways, certifiée IATA/IOSA, a planifié d’élargir sa flotte afin de répondre aux besoins pressants de passagers congolais remplis de fierté de voir leur léopard national voler en toute sûreté et sécurité.

Et surtout que, d’après le constructeur, le CRJ900 offre un coût unitaire d’exploitation qui figure parmi les plus bas de tous les avions régionaux, permettant ainsi à toute compagnie d’aviation qui l’achète d’être plus compétitive dans sa réponse à la demande changeante du marché.

A RE(LIRE) : Congo Airways primée «compagnie aérienne de l’année» dans la catégorie «progrès»

Dans une interview exclusive accordée à Zoom Éco en juin 2016, le vice-président chargé des ventes des avions Bombardier pour le Moyen Orient et l’Afrique, Jean-Paul Boutibou, avait encouragé Congo Airways à acquérir des aéronefs via le « Bail d’exploitation », si seulement ce mode de financement pouvait être séduisant pour la compagnie nationale congolaise.

Gerald Cornu faisant la présentation du Bombardier CRJ900 aux officiels congolais.

C’est au salon modulaire d’honneur de l’aéroport international de Ndjili que s’est clôturée cette cérémonie autour d’un cocktail offert par la firme Bombardier à ces invités.

Le commandant de l’aéroport, le représentant de l’Autorité de l’aviation civile (AAC) ont pris part à cette rencontre.

Emilie MBOYO

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito