Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : relance des filières café-cacao, les trois axes de l’apport de l’OGEFREM

Published

on

L’Office de gestion du fret et multimodal (OGEFREM) a beaucoup à apporter dans le processus de relance des filières café-cacao et d’accroissement de la production de la RDC. Il est mieux placé pour intervenir dans la distribution, la commercialisation et l’exportation des produits de ces filières. C’est en substance le message de Patient Saiba, directeur général de cet office, ce mardi 19 juin 2018, lors des travaux du Forum Expo café-cacao.

“Il y a nécessité de relancer cette filière. Parce que la production qui avait déjà atteint 120 000 tonnes l’an il y a des décennies est actuellement à plus ou moins 10 000 tonnes. Environ 1 million de ménages et 6 millions de congolais vivent du café et cacao. Enfin, 50 à 80℅ du café produit en RDC sont exportés frauduleusement“, a – t – il indiqué.

Pour apporter sa pierre à l’édifice, l’apport de l’OGEFREM serait de trois ordres.

Le directeur général de l’Ogefrem répondant aux questions de Zoom Eco.

D’abord, dans la facilitation du commerce du café et du cacao. Ici, il est question d’ériger des entrepôts aux principaux points d’évacuation et d’exportation du café et cacao du pays. Cette démarche vise à mieux contrôler et centraliser toute la production pour ainsi éviter la fraude.

Ensuite, a ajouté Patient Saiba, l’OGEFREM compte intervenir dans le processus de commercialisation. Grâce aux instruments et outils de couverture et de traçabilité du fret, il va contribuer à la labellisation et la certification de l’origine du café et cacao produit en RDC avant toute exportation. Objectif : éviter la fraude.

Enfin, l’intervention de l’OGEFREM se situe également dans la promotion des exportations de ces deux produits.

A cet effet, a soutenu le directeur général, il sera mis à la disposition de producteurs et exportateurs des informations clés pour leurs affaires, notamment l’évolution de cours de marché.

“Nous pouvons aussi intervenir dans la réalisation de certaines études pour cerner les problèmes de ces deux filières, notamment dans l’identification de débouchés et la le recherche de potentiels investisseurs”, a souligné Patient Saiba.

Il a conclu son message en formulant quelques recommandations.

Au Gouvernement, il a préconisé l’apport de tout son soutien à ces deux filières. L’ONC devrait reprendre l’encadrement de la production et l’exportation du café et cacao. Quant au FPI, il devrait accorder une priorité dans le financement des industries de première transformation du café et du cacao en RDC. Tandis que les autres partenaires sont mieux placés pour apporter leur soutien technique et financier à toute la chaîne de valeur.

Nadine FULA | Zoom Eco

sur le même sujet :

RDC : Forum Expo Café-Cacao, la FEC attend sept résultats concrets !

Advertisement

Edito